La région Jbala : esquisse d’une réflexion

Par Jacques/Jawhar Vignet-Zunz et Michel Nieto

Située à l’extrême nord du Royaume du Maroc, la chaîne du Rif, en fermant le bassin occidental de la Méditerranée, touche à sa contrepartie andalouse : c’est le détroit de Gibraltar. Voie de passage, il valorise la montagne. Riche en cités depuis l’Antiquité, traversée avec l’Islam par l’itinéraire Fès-Al Andalus, la région a vu l’histoire tôt modifier sa pente naturelle. Proximité de la ville, refuge pour les Idrissides, berceau du mysticisme occidental, fer de lance du jihād… Tout se conjugue pour donner un cachet peu commun à une montagne qui n’est en effet pas en marge des grands courants de l’histoire.

Mais quelle montagne ?

Davantage sa moitié occidentale. Deux facteurs combinent leurs atouts : d’une part, la chaîne au milieu de sa courbe voit se concentrer ses plus hauts sommets qui arrêtent le gros des flux atlantiques et en font la région la plus arrosée du pays ; d’autre part, l’accès de Fès à la mer se fait par une série de ports qui s’échelonnent d’est en ouest de Badis (au point d’inflexion de l’arc côtier) à Sebta/Ceuta, autant d’itinéraires où peut s’approfondir l’échange avec les citadins des deux rives.

Ce Rif occidental présente ainsi des caractères qui lui confèrent une place particulière dans l’histoire et la société marocaines. Son parler, d’abord : cet arabe montagnard, dit aussi préhilalien,  est unique, il est le fruit d’une arabisation de l’espace rural plus précoce qu’ailleurs ; le nombre de ses lettrés, ensuite : il est exceptionnel – à côté de leur pendant de l’Anti Atlas, les tolba soussis -, pays de savoir qui s’est enrichi de Fès et a enrichi Fès.

Ses populations portaient alors le nom de Ghumāra. Ce ne fut probablement qu’au XVIIe s., lors d’une réorganisation administrative datant du début de la dynastie alaouite, qu’il leur fut substitué celui de « Jbala » (gens de la montagne), englobant, pour l’essentiel, les populations partageant le même parler arabe montagnard et s’étendant, pour l’essentiel, de la mer jusqu’à l’Oued Ouergha, au sud, et aux abords de Taza, à l’est. Sa pluviométrie, ses températures relativement  douces en ont fait un « point chaud » de la biodiversité mondiale, avec des espèces très rares au Maroc et qui ne se trouvent pas ailleurs (taux d’endémisme de plus de 10 %). La diversité des espèces végétales cultivées est aussi notable, dont plusieurs sont identifiées comme rares, marginales et, de fait, en voie de disparition. Mais c’est l’arboriculture qui fait surtout son renom, notamment le figuier dont on a relevé plus de cent variétés.

Le pays Jbala est un arc qui se tend du détroit à la trouée de Taza, réunissant les deux principaux points d’entrée au Maroc, sans que, paradoxalement, cela lui ait conféré, semble-t-il, un pouvoir de contrôle particulier sur le destin du pays. Son heure de gloire fut sa brève relation au pouvoir idrisside, quand un prince de Fès (Sidi Mezouar, arrière petit-fils d’Idris II) renonça au trône pour se retirer au cœur de la montagne. Il fut suivi un demi-siècle plus tard, sur le même éperon, par son parent, le roi Hasan ibn Gennūn : celui-ci abandonnait Fès pour échapper à la double pression des Omayyades de Cordoue et des Fatimides du Caire, et élevait, à proximité du sanctuaire de Sidi Mezouar, la forteresse-refuge de Hajrat En-Nser (fin Xe s.).

Capitale éphémère du royaume idrisside, elle fut presque aussitôt le tombeau de la dynastie. Pourtant, c’est en ce lieu où son destin politique s’acheva que s’amorça son destin spirituel : la descendance du prince s’éteignit, tandis que celle de son aïeul, Sidi Mezouar, s’incarna sur un sommet voisin, trois siècles plus tard, en un autre ermite, Mouley Abslem ben Mchich (fin XIIe-début XIIIe), dont le rayonnement dépassa véritablement les frontières locales trois autres siècles plus tard (XVIe s.), à la faveur de remaniements hagiographiques imposés par l’évolution de la confrontation avec les puissances ibériques.

C’est avec les Saâdiens que le jihād prit un tournant décisif. Leur victoire sur le roi Sébastien du Portugal, à Oued El Makhazin (1568), marqua un coup d’arrêt à la pénétration étrangère, mais en même temps scella le sort de la côte méditerranéenne : ses principaux ports restant aux mains de la couronne d’Espagne, la région perdit son intérêt stratégique. Une marginalité qui dura plusieurs siècles – et dont elle est désormais sortie.

Région exceptionnelle à plus d’un titre, le Rif, et sa partie occidentale en particulier, n’a pas suscité tout l’intérêt scientifique qu’il méritait, malgré les œuvres que laissèrent derrière eux quelques grands noms. Il n’est pas sans intérêt qu’un espace éditorial (le Carnet de Recherche « Études sur les Jbala ») soit réservé à des travaux qui, dans un esprit de pluridisciplinarité, rende régulièrement compte à un public élargi des avancées liées au Programme International de Coopération Scientifique (PICS) : « La montagne et ses savoirs ».