Compte rendu du colloque de Taounate 2013

Compte rendu du colloque : Le Patrimoine des Jbala au service du développement

Publié dans la revue Architecture du Maroc, Casablanca

Une rencontre s’est déroulée à Taounate les 24 et 25 mai 2013 sur le thème « Le Patrimoine des Jbala au service du développement ». Une réussite tant sur les plans de la qualité des interventions et des échanges, qu’au niveau de l’organisation. L’implication de l’ensemble des partenaires, dont la Province et la Municipalité de Taounate, est sans aucun doute à l’origine de ce succès.

Le colloque a été l’occasion de lancer plusieurs initiatives et actions concrètes, dont :

  • La mise en valeur de l’architecture locale. Taounate étant le point de jonction de deux styles de maisons : la maison du jbel au toit à double pente recouvert de terre, de chaume, de lattes de bois ou de dalles de grès ; et la maison de la plaine, celle des Hyayna, aux murs et au toit plat, uniformément lissés d’argile. Des architectes, auteurs de publications remarquables sur cette architecture régionale, ont exprimé le souhait d’oeuvrer à sa défense et à sa promotion. D’ailleurs Monsieur le Gouverneur de la Province de Taounate a manifesté son intérêt pour une telle expérience et le principe d’un rendez-vous a été pris.
  • Une réflexion s’est amorcée pour améliorer et valoriser plusieurs produits alimentaires emblématiques de la région, notamment la figue sèche et le miel, là encore dans une collaboration entre scientifiques et cultivateurs, en s’appuyant sur les expériences existantes.
  • Une équipe mixte de botanistes et de linguistes est partie le lendemain même du colloque pour plusieurs jours d’enquête sur le terrain dans la Province de Taounate. Ce qui constitue une forme inédite de collaboration interdisciplinaire.
  • Une autre expression de la créativité locale sera dorénavant soutenue: la poterie. Parmi les participants au colloque, un professeur de l’INSAP, spécialiste de la poterie du nord du  Maroc, s’est proposé pour faire un séjour auprès des coopératives de potières  de la région afin d’explorer ensemble les voies d’une amélioration des techniques utilisées.
  •  Les archéologues présents envisagent, quant à eux, une prospection systématique des principaux sommets de la région où l’examen des cartes satellitaires relève la présence de nombreux vestiges.
  • L’idée d’un écomusée où seraient présentées la richesse et la diversité des savoir-faire agricoles et artisanaux des Jbala commence à prendre forme et sa localisation se précise.
  • L’engagement a été pris de réunir les conditions nécessaires à la publication des communications et des débats.
  • L’important groupe d’étudiants en dialectologie, en provenance surtout de l’université de Fès, mais aussi de celles d’Oujda et de Kénitra, verra le fruit de ses enquêtes sur les parlers jbala réunis dans une publication internationale.

Enfin, le colloque a été l’occasion de communiquer une information importante concernant la location par la Municipalité de Chefchaouen d’un édifice dans la médina, afin d’y installer les locaux de la Maison du Patrimoine des Jbala. Les travaux de restauration et d’équipement ont démarré aussitôt.

Parallèlement à l’événement, une exposition d’artisanat local s’est tenue dans un grand bâtiment de la ville de Taounate et a permis des échanges constructifs entre les artisans coopérateurs et le public qui s’est livré ainsi à des achats avisés.

Grâce au rassemblement scientifique et pluridisciplinaire qu’il constitue ce colloque est une excellente plateforme d’échange et de dialogue pour la mise en valeur du patrimoine spécifique du pays des Jbala et le développement des recherches dans ce sens. Ces objectifs étant d’ailleurs en parfaite cohésion  avec ceux du Groupe Jbala pour la Recherche et le Développement, qui prône le décloisonnement et l’échange pour une action efficace et pérenne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *