Études linguistiques de la région de Jbala : les parles arabes d’une ancienne région bilingue berbère-arabe

Par Dominique Caubet et Ángeles Vicente.

Ghomara (Maroc) © Araceli González Vázquez

Ghomara (Maroc) © Araceli González Vázquez (photo non libre de droit)

Membres : Dominique Caubet (LaCNAD-INALCO–Paris et CJB–Rabat), Ángeles Vicente (Université de Zaragoza–Espagne et LaCNAD-INALCO–Paris), Alexandrine Barontini (LaCNAD-INALCO–Paris), Amina Naciri Azzouz (Université de Zaragoza–Espagne) et Jules Arsenne (LaCNAD-INALCO–Paris).

Les parlers arabes dits « jbala » restent très peu décrits dans leur profondeur et peu de linguistes se sont aventurés sur le terrain. Il nous paraît nécessaire d’assurer les conditions de leur valorisation ou d’une réhabilitation : ils n’ont en effet pas d’équivalent au Maroc.
Les parlers arabes montagnards marocains (Jbala et Nord Taza), sont essentiels pour comprendre le processus d’arabisation du Nord de l’Afrique et du Maroc. Ils sont à la fois des vestiges des premières couches d’arabisation, d’un temps où le bilinguisme berbère-arabe était la norme dans la région, et des variétés de la darija marocaine qui continuent à être pratiquées aujourd’hui, bien qu’ils présentent des traits très particuliers.
C’est là un point capital, tout autant que la forte présence de l’écrit. Cette arabisation ne s’est pas faite à partir des campagnes (comme plus tardivement avec les pasteurs bédouins Banu Hilal, XIIe s.) mais à partir et autour des premières villes islamiques ‐c’est‐à‐dire au sein d’une paysannerie amazighe qui n’était alors pas tant en plaine que sur les hauteurs, domaine privilégié de l’agriculture sédentaire.
Il faut donc situer les parlers arabes “montagnards” (jbala) dans le contexte global du Nord de l’Afrique et revenir à la proposition de classification de William Marçais, avec le terme de “parlers villageois” qui allait faire date dans la dialectologie du Maghreb. Ils font partie des parlers “préhilaliens”, aux côtés des parlers des vieilles cités, premiers foyers d’arabisation (Kairouan, Fès, Tlemcen, Constantine). Les parlers villageois ont souvent été l’objet de mépris, du fait de leur caractère innovant qui peut surprendre, avant d’être examinés avec intérêt dès lors qu’était mise en valeur leur profondeur historique et leur importance dans la compréhension de l’histoire des dialectes arabes du Maghreb et de l’arabe en général. Tous les parlers villageois, séparés par des milliers de kilomètres, situés dans les triangles entre respectivement, Kairouan, Constantine, Tlemcen, Fès, et la mer, présentent des traits communs, traces d’une époque de bilinguisme fort avec le berbère.

Une équipe interuniversitaire (avec des enseignants‐chercheurs du Maroc (Fès, Tétouan, Oujda), de France et d’Espagne) s’est constituée à partir de 2011, commençant par diriger des enquêtes de terrain avec des étudiants en master de Fès et Oujda, originaires de ces régions, grâce au soutien du projet La région du Nord-Ouest marocain : parlers et pratiques sociales, culturelles et environnementales. Cette équipe s’est appuyée sur le Laboratoire du Groupe de Recherches et d’Etudes Linguistiques [Labo‐REL] de l’Université Sidi Mohammed Ben Abdellah de Fès et le Laboratoire Langage, Cultures et Communication, de l’Université Mohammed I d’Oujda, le Centre Jacques Berque (CJB) de Rabat, le LaCNAD de l’INALCO (Paris) et l’équipe Études de Dialectologie et Sociolinguistique Arabes (EDISA) de l’Université de Zaragoza (Espagne).
Dans ce cadre, une journée de formation de jeunes enquêteurs (master et doctorat) a été organisée par l’équipe Labo-REL de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah, Dhar El Mehraz-Fès (Maroc), les 17-18 avril 2012. Avec la participation de Dominique Caubet, Mostafa Benabbou, Ángeles Vicente et Karima Ziamari.
De la même façon, une deuxième journée d’étude a été organisée (financée par le CJB), La région du Nord-Ouest marocain – Pour une valorisation des parlers et des pratiques sociales, culturelles et environnementales, les 06-08 octobre 2012 à la Faculté des Sciences de l’Université de Tétouan pour rendre compte de leurs travaux ; les actes de cette journée sont sous presse à l’Université de Zaragoza.

Ensuite, dans le cadre de l’IREMAM et avec la création du PICS, La montagne et ses savoirs (Rif occidental, Maroc), (2013-2015), nous avons commencé des collaborations avec les ethnobotanistes du Laboratoire Diversité et Conservation des Systèmes Biologiques (LDICOSYB) et du Département de Biologie, Faculté des Sciences, Université Abdelmalek Essaâdi de Tétouan, avec l’équipe Interactions Bioculturelles du CEFE (UMR 5175), CNRS, Montpellier ; et avec l’anthropologue Araceli González Vázquez (affiliée au LAS-Collège de France).
La zone Jbala et le Rif sont le lieu de synergies importantes et il existe sans doute peu d’exemples où une région de taille significative (200 x 100 km), pourvue d’une population à l’identité aussi marquée, soit l’objet de regards aussi variés que complémentaires.
Deux équipes de travail ont donc été formées pour aborder l’étude de la région de Jbala avec deux approches interdisciplinaires différentes:
1 – l’Axe linguistique-ethnobotanique, avec les linguistes Dominique Caubet, Alexandrine Barontini, puis Jules Arsenne:
Nous avons commencé en 2013 à travailler en équipe avec des spécialistes en botanique et ethnobotanique, Mohammed Ater, Yildiz Thomas, Younes Hmimsa et des jeunes chercheurs marocains et français, pour aborder quelques questions sur les cultures de la région et sa problématique, par exemple, la marginalisation et l’uniformisation qui amènent à négliger certaines espèces (l’arbousier, Arbutus unedo, le jujubier, Zizyphus lotus ou le lentisque, Pistacia lentiscus), ou à minorer des cultures comme le petit épeautre et autres céréales traditionnelles. Nous avons mené en 2013 et 2014 une série de missions conjointes qui nous ont permis de collecter des pratiques, des variétés anciennes, des techniques en voie d’abandon (toits de chaume), et dans le même temps, de recueillir des corpus de ces parlers en situation naturelle d’interaction.
Les premiers résultats ont été présentés au colloque international organisé à l’Université de Zaragoza les 8-10 Septembre 2014, Langues, mémoires et lectures de l’altérité : Jbala, Ghomara et Rif (Nord du Maroc). Ce colloque a été organisé et financé par l’équipe EDISA de l’Université de Zaragoza et cofinancé par l’IREMAM d’Aix-en-Provence.

2 – l’Axe linguistique-anthropologie, avec les linguistes Ángeles Vicente et Amina Naciri Azzouz :
Notre intention est d’étudier les pratiques linguistiques et sociales propres à la population de la région et le lexique rattaché à ces pratiques. Il s’agit donc de recueillir des données sur l’élevage des animaux et sur les classifications différentes des animaux ; aussi les pratiques de la pêche artisanale, le lexique associé à ces pratiques et aux champs sémantiques des poissons et des outils utilisés dans les travaux dans la mer. On s’est intéressé aussi aux contes et proverbes où les animaux sont les protagonistes.
Nous avons mené en Mars 2014 avec l’anthropologue Araceli González-Vázquez une mission de quelques semaines dans plusieurs villages des régions de Jbala et Ghomara, et dans les villes de Ceuta et Tétouan.
Nos premiers résultats ont été présentés au colloque de l’Université de Zaragoza cité ci-dessus et au I Coloquio Internacional de Paremiología y Dialectología Árabe, Université Complutense de Madrid, Madrid, les 25-26 Septembre, 2014.
Ce projet a aussi vocation à la formation à la recherche ; en effet, des jeunes chercheurs européens et marocains sont systématiquement associés aux chercheurs plus chevronnés lors des missions sur le terrain et invités à présenter leur travail dans nos journées d’études et à rédiger des articles, tout comme leurs aînés.

Crédits photographiques : Ghomara (Maroc) par Araceli Gonzalez Vazquez