Compte rendu du colloque Taounate II : « Femme, patrimoine, économie sociale et développement humain dans l’espace Jbala »

Compte rendu du colloque Taounate II, 5 juin 2014 rédigé par Jacques Vignet Zunz, revu par Mohamed Mezzine.

 

 146968438_e5370bed8a_z

Il y a juste un an, le Centre d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires sur les Jbala (CERIJ-Groupe Jbala, nouvellement créé mais reprenant le flambeau laissé par les groupes pluridisciplinaires antérieurs) – en collaboration avec la Fondation Ibn Khatib – consacrait à Taounate son colloque annuel au débat sur le Patrimoine Jbala, pour en faire un bilan.

Dans cette seconde édition, soutenue et accompagnée encore une fois par la Province de Taounate[1], avec la collaboration de nombreux chercheurs, de différentes disciplines, il reprend la thématique « Patrimoine et Développement » avec l’objectif de centrer le débat sur un échantillon aussi représentatif que possible : ses érudits, son parler, ses arts populaires. En gardant, en arrière plan,  la volonté de contribuer à faire connaître le développement solidaire et  le rôle de la femme.

Ainsi dès les premières contributions et  d’emblée fut mise en lumière sa richesse multiséculaire : ses fuqaha-s et ses ‘ulama-s ; richesse de toute la province puis  de l’une  de ses grandes composantes, les Bni Zeroual.

Le représentant du  président du Conseil des ‘ulama-s de Taounate, Fqih Hmiddouch, dans son exposé a mis l’accent sur les potentialités savantes de la région, multipliant les exemples de noms de ‘alim-s et de livres.  Se référant au  livre qu’il a consacré à répertorier les ‘ulama -s de la région (en deux volumes), le professeur Hmiddouchi a  notamment tenté de classer les différents ‘ulama-s de la région, de comprendre les liens qui les unissent aux ‘ulama-s de Fès, et à l’apport des uns et des autres au savoir régional et national. Ensuite il a essayé de poser des questions aussi complexes que celles des origines de ces savants et des tribus de la région.

Pour finir l’intervenant a lancé un appel aux chercheurs qui travaillent sur le pays Jbala, à participer à la réalisation d’un ouvrage qui serait un inventaire des savants de la région. Il a notamment souligné que ce travail serait facilité par les fuqaha-s de la région qui sont prêts à apporter leur soutien.

Quand au professeur Ahmed  Al Azami, dans une lecture combien enrichissante d’un ouvrage écrit au début du siècle dernier sur les Beni Zeroual par Mohamed El Bachir Al Fassi qui avait été nommé comme représentant aux affaires religieuses dans le pays.  Ouvrage riche, souvent oublié par les chercheurs, le livre de Al Fassi est un véritable document qui apporte des éclairages nouveau sur une société de fiqh, de religion qui continue de sauvegarder les légendes malgré tout. Notamment la légende du Jbal Oudka, où s’entremêlent sacré et traditions, tentant d’expliquer les fumées qui continuent encore aujourd’hui à sortir d’un volcan éteint.

La lecture attentive du texte que Al Azami a présentée renvoie les chercheurs à une époque et une société qui reste à découvrir.

La seconde séance fût consacrée au développement humain de la région de Taounate.

Le professeur Abdeslam Dahman, dans un exposé riche et complet, a proposé une analyse fine et documentée des résultats d’une recherche sur la région de Taounate. Partant de l’exposé des principes d’une économie sociale et solidaire il a proposé le bilan de l’action de l’association Targa-AIDE pour former, à la demande de l’Etat, les élus des 200 communes de la région aux nécessités d’une action rationnelle, efficace et concertée, le professeur Dahmane a soulevé des problèmes concrets et a esquissé des solutions.

Le Pr. El Khanchoufi a présenté un diagnostic du secteur des PMA dans la province de Taounate selon le modèle FFOM, concluant à son rôle très important dans  la  création d’emplois et  de richesse, et ce malgré les retards dans l’organisation des professionnels. Puis il a annoncé la transformation prochaine de l’INPMA en Agence Nationale de Recherche et d’Innovation en domaine PAM, mieux adaptée aux objectifs de promotion de la filière.

*

* *

Après l’interruption de la mi-journée, où un déjeuner débat nous a réunis, offert par le Conseil municipal de la ville de Taounate, avec à sa tête le Dr Bouzaïdi Tiali  Jamal, député, les séances de l’après-midi reprirent.

L’après-midi s’ouvrait avec la conférence de  Mme Laila Messaoudi qui a présenté l’état des lieux des études dialectologiques à l’Université de Kénitra  relatives aux parlers jbala et aux registres de langue spécialisée (technolectes), en insistant sur la dialectique nécessaire entre la préservation du patrimoine oral et la prise en considération des mutations sociales, décelables par la sociolinguistique. Elle appelait à une plus étroite collaboration entre l’Université de Kénitra et les autres universités marocaines (Fès, Oujda et Tétouan notamment).

Elle se poursuivait par trois tables rondes autour d’un autre domaine de l’héritage des anciens : celui produit par les mains, le cœur et l’esprit d’anonymes qui ont su, dans leurs villages,  dans leurs montagnes, améliorer et embellir les conditions de vie de leurs communautés. C’était une première pour le Groupe Jbala, qui ne s’était pas encore préoccupé de ce qu’il est convenu d’appeler « les arts populaires », nommément, ici : la musique, la maison, la poterie. Autour de trois mots d’ordre : connaître, sauvegarder, promouvoir.

Plus que des exposés académiques, il s’est agi essentiellement  de trouver à chaque fois les voies et moyens d’une collaboration entre institutions réunies ici pour la première fois : l’IURS de Rabat (Elmedlaoui), le département de musique de l’université de Bologne (Staiti) et ceux d’Aix-Marseille et de Ben Msik (ces deux derniers présents de cœur sinon effectivement) ; les écoles d’architecture de Casablanca (Ouazzani), de Marrakech et de Tétouan (ces deux dernières s’étant excusées) ; l’association Terres des Femmes (Lehmam, Lanclon, Teeuwissen), porteuse d’un projet international, l’inscription  au Patrimoine mondial de l’UNESCO de la poterie féminine du Rif, des Kabylies algériennes et du Nord tunisien.

Dans ces quatre directions, savoir savant, savoir populaire, originalité d’un parler, conditions d’un développement pour l’homme, les échanges se sont noués ouvrant déjà des perspectives de collaborations croisées. Plusieurs urgences ont été dénombrées. Nécessité d’un inventaire des bibliothèques privées et des zaouïas de la montagne ; nécessité pour les coopératives artisanales  d’une formation aux conditions du commerce international ; nécessité d’offrir aux populations la possibilité d’un habitat présentant le confort moderne tout en respectant un « style » ancestral ; nécessité d’informer les secteurs de l’enseignement, de l’agriculture, de l’administration et de l’économie du lexique local ; nécessité d’enregistrer des rythmes menacés d’uniformisation et de banalisation, et de noter le répertoire poétique de la ‘ayta.

Et, à chaque fois, ce leitmotiv : quelles passerelles, quel « langage » commun réunissent plus souvent qu’on ne le dit « savant » et « populaire », œuvres « spécialisées » et œuvres « communes » ? Sur ce thème, linguistes, musicologues, historiens, architectes, botanistes (ces derniers cette fois-ci exceptionnellement absents) ont à croiser leurs approches. Un exemple : à l’évocation du nombre de mosquées dont s’honore la Province, une réflexion a réuni une architecte et une historienne de l’art : les proportions caractéristiques de la maison des Jbala (conformes semble-t-il au « chiffre d’or ») ne doivent-elles rien à cette densité de l’architecture monumentale religieuse dans la région et donc… à l’architecture islamique « savante » ? Quant aux musicologues, ils eurent une occasion inespérée – un peu plus tard – de comparer leurs vues et d’argumenter sur les notions d’apprentissage, de virtuosité, de discipline/improvisation en œuvre dans la tradition musicale de nos montagnes…

Toutes ces conclusions furent reprises et résumées en fin de journée (Brigui), tandis que le Président du CERIJ-Groupe Jbala (M.Mezzine), après avoir remercié tous les participants ainsi que tous ceux qui ont contribué à concrétiser cette rencontre, combien riche et utile, a tenté de mettre le bilan de cette journée dans une perspective plus longue, en traçant  les perspectives de notre recherche-action pour la région, ainsi que les formes que prendraient nos prochaines manifestations. Il a aussi évoqué les principes de notre Centre  qui ouvre ses portes à toute contribution positive pour construire une structure efficace de recherche. Il a enfin promis que le Centre s’engage, avec l’aide de Monsieur le Gouverneur, de publier les actes du colloque.

On serait enclin à voir, là, la conclusion heureuse d’une rencontre somme toute réussie, sinon que l’apothéose était encore à venir. A l’heure du souper, et pour concrétiser les débats sur la musicologie jeblie, Monsieur le Gouverneur nous avait ménagé une surprise : la présence de l’artiste locale – au rayonnement maintenant international – Chama Zaz, entourée des musiciens qui ont accompagné le regretté El-Aroussi. Elle nous a électrisés avec ses ‘ayö’, tandis que les « rythmes impairs » des kamanja-s et des tambourins ont interpellé nos musicologues.

Cette rencontre a été l’occasion d’autres constatations précieuses.  D’abord, l’attention soutenue dont nous ont honorée les autorités, présentes tout le long de la matinée. Elle s’est manifestée en particulier par l’accord conclu avec nos amis architectes  pour qu’un ou plusieurs édifices publics en matériaux locaux (améliorés par les techniques les plus modernes) soient montés dans le périmètre de la ville et de l’Institut des Plantes Médicinales et Aromatiques. Par ailleurs, se sont manifestés les témoignages de ce qui fait l’intérêt d’une entreprise comme celle du CERIJ-Groupe Jbala : une vison « militante » de la cause du patrimoine et de la collaboration entre disciplines, le sens du collectif, la prise en compte de l’opinion de l’autre… Dans tout cela, l’émotion sut jouer sa part…

Crédits photograhiques : couleurs dans la médina  par Christine Vaufrey (http://flickrcc.bluemountains.net, Creative commons licensed).


[1] Avec l’appui du Conseil Municipal de Taounate et la collaboration de l’INPMA (Taounate et USMBA-Fès), du Conseil Provincial des ‘ulama-s de Taounate, du Conseil Régional, du Conseil Provincial et de la Direction Provinciale des Affaires Culturelles.

 


Une réflexion au sujet de « Compte rendu du colloque Taounate II : « Femme, patrimoine, économie sociale et développement humain dans l’espace Jbala » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *