Présentation de la problématique du groupe « Histoire & lettrés »

Par Jacques Vignet-Zunz (ethnologue et co-fondateur du CÉRIJ-Groupe Jbala)

De par sa proximité au détroit, la région qu’occupent les Jbala-Ghmara a toujours été un  couloir entre le Maghreb al-Aqsa et al-Andalus – et, au-delà, les grands ports de la Méditerranée. Cette donnée semble pouvoir expliquer, avec un impact inégal, plusieurs traits qui ont convergé chez les Jbala (dits Ghumāra’ à l’époque) : une vieille ceinture urbaine, un refuge pour les princes idrissides, le rayonnement du qutb Mouley ‘Abslem Ben Mchich (XIIIe s.), le jihâd et en particulier la bataille de Oued El-Makhazin (XVIe s.)…

Un premier fait en est résulté : la densité des lignées de šorfa, se réclamant le plus souvent de l’ascendance idrisside (issue de l’ermite du Jbel ‘Alam, Mouley ‘Abslem). En même temps, la densité des établissements d’enseignement, de plusieurs niveaux : depuis l’école coranique (régulièrement une par quartier de village) aux « collèges » (parfois plusieurs dans une même tribu), vraies propédeutiques à la Qarawiyyin de Fès.
Le rapport des Jbala au scripturaire, à travers l’étude du Coran et des ouvrages de jurisprudence, et, par là même, leur apport à la vie religieuse et politique de leur communauté – mais aussi au-delà, au plan national – marque profondément leur identité. C’est peut-être là un trait plus frappant que leurs connaissances en matière agronomique, pourtant reconnues.

Michaux-Bellaire, comme d’autres auteurs du début du XXe siècle, fut frappé par l’importance du phénomène « lettré » en pays jbala. Il souligna à diverses reprises son rôle dans le niveau général de l’instruction des Jbala et dans l’organisation d’une sorte de gouvernement par les sages (et pieux), à l’échelle tribale, dans les périodes d’affaiblissement du pouvoir central. Ce que confirment les historiens contemporains :

« Ces ‘ulamâ’ étaient nombreux dans la région. Dans chaque cité, chaque village et chaque qaria, ces hommes faisaient la loi, censuraient les hommes politiques (caïds, princes…). Même quand ils étaient de modestes lettrés locaux (faqih) ces personnages dominaient l’organisation de la cité (…). L’espace est quadrillé par les centres culturels » (…). Ils contribuaient ainsi « à une centralisation spirituelle de la région (…) organisée autour du qutb chadilite (…), le tombeau de Sidi ‘Abdeslam Ibn Mchich. » (M.Mezzine)

Cette présence de l’écrit dans la montagne a des assises séculaires. Elles furent néanmoins longtemps négligées. Adossée à une tradition tenace qui reléguait les montagnes dans un ensemble de régions situées aux limites du Bilād al-Islām, par opposition aux régions directement sous influence des grandes cités de l’Islam, l’historiographie classique au Maghreb a longtemps imposé dans les études des sociétés une vision négative de la montagne.

L’histoire de la montagne marocaine a été construite sur des sources arabes et andalouses laissées par les grands maîtres. Elle n’aurait été, selon cette approche, qu’une suite de tentatives d’adaptation des traditions locales à la norme orthodoxe de l’Islam. L’évocation d’un éventuel rôle culturel de la montagne, au Maghreb, et de sa contribution à l’islamisation du pays ou aux réformes religieuses qu’il a connues, relevait d’une gageure, voire, selon la littérature historique classique, d’un non-sens évident : la montagne était maintenue dans sa marginalité et sa dissidence.

Les historiens d’aujourd’hui qui ont, pendant longtemps, emboîté le pas aux études orientalistes, voire post-orientalistes (Berque, 1978 : 142-190), sont en train de revoir leur approche grâce notamment aux données que proposent les livres hagiographiques et les textes de nawāzil (littéralement « cas d’espèce », livres de jurisprudence religieuse), engageant ainsi une révision profonde de cette approche.
La lecture de ces textes offre une fresque d’où se dégage un foisonnement d’idées, une richesse de savoirs, une culture en constant changement, nourrie d’adaptations à une pensée musulmane en pleine construction aux XIVe, XVe et XVIe siècles, dans une région dont l’histoire ne se borne pas à être cette « histoire singulière, où n’ont fait défaut ni l’hérésie, ni la sécession » (J. Berque, 1978 : 143).

L’équipe qui constitue l’axe « Les lettrés (fuqahâ’ et ‘ulamâ’) » dans le programme du PICS se compose de : Mohamed Mezzine (doyen honoraire de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines Fès‐Saïs, chargé de mission auprès de la Présidence de l’Université Mohammed Ben Abdallah, Fès), Hamid Lahmer (dir. de l’UFR « Patrimoine écrit, lectures et analyse des manuscrits » à la FLSH de Fès-Saïs), Virgilio Martinez Enamorado (médiéviste et archéologue, CSIC, Malaga), Jacques/JawharVignet‐Zunz (ethnologue, associé à l’IREMAM).

Lettrés. Photo J.Vignet--Zunz

Lettrés. Photo J. Vignet–Zunz

Elle se propose de prendre la mesure de ce qui, du legs considérable laissé par l’histoire, continue d’habiter dans ces montagnes du pays Jbala-Ghmara. Par des enquêtes de terrain, elle veut établir un recensement aussi exhaustif que possible des traces qui demeurent, en particulier les bibliothèques privées. Et identifier les centres d’enseignement des sciences religieuses qui, certes en nombre réduit, continuent d’exister.
Un aspect collatéral du thème des lettrés est celui des témoins bâtis : mausolées, sanctuaires, zaouias, médersas… Des prospections, suivies, les 2e et 3e années, de fouilles, seront entreprises avec des étudiants de l’INSAP et de la Faculté des Lettres Fès-Saïs.
Ce dernier point, les témoins bâtis, est en fait une façon de réintroduire l’archéologie islamique et préislamique, approche de grande importance pour comprendre la question de la ville et des échanges Sud-Nord/Nord-Sud dans le Nord-Ouest marocain, région fortement marquée par la présence du Détroit. Difficilement classable dans la problématique des savoirs paysans, cette question de la ville et d’al-Andalus est cependant fondamentale pour comprendre la société des Jbala.
En s’appuyant, d’une part, sur une connaissance approfondie des livres hagiographiques et des textes de nawāzil, et, d’autre part, sur une familiarité de plusieurs décennies avec le pays Jbala et sa culture, ainsi que sur l’expérience du dépouillement de nombreuses bibliothèques de zaouias, comme sur l’œil exercé des archéologues, l’équipe espère faire œuvre utile et se verra appuyée de plusieurs étudiants de l’UFR « Patrimoine écrit, lectures et analyse des manuscrits » du Dpt Histoire et Patrimoine de Fès-Saïs, et de l’INSAP (archéo et/ou ethno).