Compte rendu du “Comité Après-Chaouen”

Réseau Marocain de la Fondation Anna Lindh – RMFAL

P.V. de la Réunion du Comité de Suivi dressé par Jacques/Jawhar Vignet-Zunz et Mohamed Fahmi.

 

14307479901_55f3659e14_z

Mercredi 23 janvier 2013, Chefchaouen

 

 

A l’invitation de Monsieur le Gouverneur de la Province de Chefchaouen s’est tenu dans cette ville, le 23 janvier 2013, une réunion dite du « Comité de Suivi » chargée de mettre en forme et d’impulser les conclusions de la rencontre du 6 octobre 2012 intitulée « Le patrimoine séculaire des Jbala-Ghmara. Construire la connaissance, valoriser le patrimoine, fêter la culture et créer la richesse ».  

Etaient présents : Ater Mohammed, Charafdine Majdouline, Dahman Saïdi Abdeslam, El Hababi Jaber, El Omari My Abdelaziz, Fahmi Mohamed, Hakoun Zoubir, Harrak Abdeslam, Mesbah Abdelhamid représentant M. Sefiani Mohamed, Tazi Abdelilah, Vignet-Zunz Jawhar.

Excusé : Mezzine Mohamed.

Mot d’introduction de M. FAHMI, Chef de file du Réseau marocain de la FAL

La Fondation Anna Lindh se félicite de cette initiative, qui répond à ses principes directeurs centrés sur les valeurs de Dialogue, de Diversité, de Développement et de Démocratie. Elle se félicite notamment de ce que Chefchaouen joue dans cette perspective un rôle pilote. Elle souhaite tout faire pour étendre par la suite les enseignements qui seront tirés de cette expérience à un certain nombre de villes moyennes marocaines qui connurent aussi un passé prestigieux dont il leur revient aujourd’hui de faire le cœur d’un développement tourné vers les intérêts de leurs habitants et de leur province.

Elle souhaite à cette étape encourager en premier lieu toute initiative favorisant le partage de l’information sur les activités et les projets de chacun des secteurs ici représentés et d’identifier un élément fédérateur dont Chefchaouen serait la base et qui rayonnerait sur la Province et, au-delà, sur l’ensemble de la société des Jbala-Ghmara.

Délibérations

1. Le thème fédérateur : ce serait une « Maison de la Culture Jbala » qui, de l’avis général, offrirait le meilleur moyen de fédérer les diverses initiatives promouvant cette culture et de leur donner un rayonnement significatif.

Le vice-président de la Commune Urbaine a tenu à informer de la volonté de cette instance de trouver un édifice convenant à ce projet en partenariat avec la Délégation provinciale de la Culture. La possibilité de convertir le Conservatoire de musique, Place El Haouta, a été envisagée et serait soutenue par la Délégation de la Culture au cas où le conservatoire trouverait un autre édifice plus conforme à sa fonction.

2. Un second thème a émergé, celui d’accélérer la création d’un outil de partage de données électroniques qui permette au Comité de Suivi d’être interactif afin que l’information la plus complète circule et que des inventaires en rapport avec le patrimoine et la culture soient dressés. Cet accès réservé pourrait être ouvert à d’autres acteurs de premier plan pouvant concourir à la connaissance et à la promotion de la culture Jbala-Ghmara.

3. Un troisième thème abordé est celui d’un site Internet. La Commune Urbaine de Chefchaouen, l’association Talassemtane (ATED), le Groupe Jbala pour la Recherche et le Développement (dans le cadre de son intégration à l’ATED), d’autres encore, ont des sites propres. Il faut travailler à leur coordination. Il faut décider de la mise en commun des données d’intérêt réciproque. En faciliter la circulation rapide, en temps réel, sous l’autorité d’un responsable (webmaster ?) qui se consacrerait régulièrement à cette tâche, qui soit réactif, facile à contacter donc qui soit domicilié à Chefchaouen même.

A ce propos, le directeur de Targa-Aide s’est dit disposé à faciliter l’accès aux résultats de la base de données constituée après quatre ans d’enquêtes sur les 200 communes des deux régions, Tanger-Tétouan et Taza-Al-Hoceima-Taounate.

Il faut décider de ceux des animateurs de la vie culturelle, sociale, économique, administrative de la Province qui auraient un accès direct à ce site pour y déposer les dernières informations consultables par tous.

En conclusion, il faut privilégier une mise en commun minimale. Le Comité de Suivi – qui réunit un éventail sinon complet, en tout cas représentatif des instances et organismes locaux les plus dynamiques -, devrait pouvoir assurer ce décloisonnement indispensable et garantir l’alimentation régulière du site.

4. Un laboratoire d’idées : le Comité de Suivi aura ainsi rempli sa fonction première en fédérant les trois champs essentiels à la promotion d’une politique saine du « Patrimoine au service du Développement » : les décideurs politiques (autorité, services extérieurs, collectivités locales), la société civile (associations, acteurs économiques), les chercheurs scientifiques.

Leurs réflexions mises en commun peuvent en faire un « laboratoire d’idées » qui nourrira les réflexions et l’action de chacun des partenaires. Une sorte de « Guichet Unique » en somme, formule qui depuis une décennie a prouvé, dans un autre domaine, son efficacité et son utilité.

C’est l’instrument nécessaire à une promotion raisonnée de la culture en tant que levier du progrès. Qui assure l’approfondissement des connaissances et dans le même mouvement une meilleure visibilité, à la fois celle des travaux scientifiques et celle des multiples actions entreprises ou prévues. Cette visibilité permettra de capter l’attention et l’intérêt d’investisseurs potentiels comme d’un public à la fois national et international.

 

ANNEXE I

 

Maison de la Culture JBALA


L’idée d’une Maison de la Culture JBALA est née en 2011, dans le cadre du programme européen MAGREC porté par la Diputación de Granada et la Commune Urbaine de Chefchaouen.  Cet établissement devrait rassembler un large éventail de fonctions qui, réunies en un seul lieu, offriraient, à la fois à la communauté scientifique et à un public curieux, le cadre indispensable à l’accumulation des connaissances et à leur diffusion. Elle constituerait l’élément fédérateur vers lequel pourraient converger toutes les initiatives et les personnes ayant un intérêt pour cette culture. Largement ouvert au public, cet établissement réunirait notamment :

  •  un centre de recherche consacré à toutes les connaissances engrangées sur cette société de montagne et sur la ville de Chefchaouen qui serait le noyau d’une antenne universitaire en concertation dans un premier temps avec l’Université Abdelmalek Essaâdi de Tanger-Tétouan à caractère multidisciplinaire avec la vocation de se spécialiser dans les études sur les pays Jbala-Ghmara. Ce partenariat est également envisagé avec les universités voisines (Fès, Kénitra, Oujda). Ce centre serait ouvert non seulement à des enseignants-chercheurs universitaires et à leurs étudiants, mais aussi à des chercheurs libres ou appartenant à d’autres organismes de recherche, à d’autres universités, notamment étrangères (dans le cadre des échanges et conventions de coopération), à des ONG ou groupements professionnels.
  •  un espace pour l’archivage de documents, photos, cartes, avec photocopies de tous les ouvrages, mémoires ou thèses sur la région dans toutes les disciplines (histoire, économie, ethnologie/anthropologie, sociologie, linguistique et dialectologie) ; avec l’équipement nécessaire pour scanner des enregistrements audio, vidéo, etc.
  • un conservatoire des parlers, c’est-à-dire une médiathèque sonore d’échantillons de parlers de la région, avec des enregistrements et des transcriptions de textes recueillis par les chercheurs d’hier et d’aujourd’hui.
  • un centre de reprographie consacré aux manuscrits et ouvrages en possession de familles et de lettrés chaounis ou jeblis-ghmaris.
  • un espace dédié à la biodiversité : un conservatoire des semences des nombreuses céréales et des légumineuses anciennes de la région qui sont en voie d’extinction, ainsi que d’espèces fruitières et autres, représentatives de la diversité biologique mondialement reconnue de cette partie du Rif. [Cette activité pourrait provisoirement être hébergée à  l’écomusée créé par les Eaux et Forêts dans le « Centre de Formation de Ben Karrich ».]

Sans prétendre rivaliser avec le centre d’expérimentation de Taounate, cet espace pourrait s’élargir aux plantes aromatiques et médicinales, en conformité avec la reconnaissance de Chefchaouen, intervenue en 2011, comme communauté emblématique de la Diète Méditerranéenne. Une collaboration pourrait s’engager, sous les auspices de la Municipalité et de l’Académie de l’Education nationale, avec les centres scolaires pour que des visites soient inscrites dans leur cursus scolaire.

  • un espace de mise en valeur des productions littéraires ou plastiques d’artistes et intellectuels chaounis ou issus directement de la culture Jbala.
  • enfin, d’autres possibilités sont envisageables au fur et à mesure de l’identification des besoins.

 

Crédits photographiques :  Chefchaouen : vue générale, Jean-François Gornet (http://flickrcc.net/, Creative commons licensed).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *