Études botaniques et ethnobotaniques de l’agrobiodiversité arborée et d’espèces vivrières minorées dans le Rif.

Par Mohammed Ater (Enseignant-chercheur, Faculté des Sciences, Tétouan, Université Abdelmalek Essaâdi.), Younes Hmimsa (Enseignant-chercheur, Faculté Polydisciplinaire, Larache, Université Abdelmalek Essaâdi) et Yildiz Aumeeruddy-Thomas (Directeur de Recherche, CNRS, CEFE UMR 5175, Montpellier).

15279070176_e7c2bc01f6_z

A young fig tree

Les agroécosystèmes traditionnels de montagne dans le Rif sont caractérisés par la coexistence d’un système sylvopastoral et d’une activité agricole de subsistance et forment des unités paysagères particulières (Hmimsa et Ater, 2008, Ater et Hmimsa, 2008). Ils sont caractérisés par la pratique de polycultures vivrières pluviales comprenant des espèces cultivées mineures, en voie de raréfaction. Ainsi, on relève la persistance de cultures rares chez les céréales, comme celle du Triticum monococumchqalia’ ou des vesces, Vicia ervifiliakersanna’ et V. sativa ‘kerfala’, chez les légumineuses. De même, l’arboriculture fruitière dans le Rif, y compris en pays Jbala situé dans la partie occidentale du Rif, présente certaines singularités, en particulier une diversification très importante au niveau variétal associée à des pratiques paysannes de reproduction et de perpétuation des variétés. Le figuier (Ficus carica L.), l’olivier (Olea europaea L.) et l’amandier (Prunus dulcis L.) sont des espèces emblématiques méditerranéennes, ainsi que des piliers des agroécosystèmes du Rif, région du Maroc reconnue comme un hotspot de biodiversité méditerranéenne (Médail et Quezel, 1999). Cette zone représenterait un centre important de domestication de l’ouest de la méditerranée avec des dynamiques de diversification variétale (Hmimsa et Ater, 2008 ; Khadari et al., 2008 ; Aumeeruddy-Thomas 2010 ; Achtak et al., 2010 ; Aumeeruddy-Thomas et al., 2014 ; Hmimsa et al., 2012).

Du point de vue de la diversité des types nommés, le figuier correspond au fruitier qui présente la plus grande diversité observée avec 133 types nommées recensées correspondant à 122 génotypes (Achtak, 2009). Le processus classificatoire des figuiers par les différents groupes culturels rifains (Jbala, Ghomara et Zénètes) montre une tendance à les différencier en fonction de critères agronomiques, morphologiques, symboliques, d’origine et de commercialisation. Cette grande diversité est liée au fait que du point de vue social, le figuier tient une place importante dans l’alimentation et l’économie familiale et a une grande valeur patrimoniale. La diversité des nomenclatures, pratiques, représentations et savoir autour de cette culture montrent clairement un lien avec la diversité variétale trouvée. L’approche ethnobotanique déjà réalisée a accordé un intérêt particulier aux nomenclatures et aux classifications populaires. Les données obtenues nous ont permis d’analyser l’ethno taxinomie du figuier en analysant les modes de différenciation des lexèmes ou termes de base utilisés et le contexte social et économique. Du fait de l’absence d’un lexique des plantes chez les Jbala ou d’un atlas linguistique de l’arabe jebli ou du berbère tarifit, il était difficile de retracer les étymologies.

L’amandier  et l’olivier en contrepartie se différencient du figuier, car ces arbres sont classés dans deux grands groupes (bildi et roumi) et comportent une petite dizaine de types nommés selon des critères d’origine, d’usages et morphologiques (Delplancke et al. en préparation). Ces différences de modes classificatoires entre figuier, olivier et amandier révèlent des contextes socio-historiques différents de mise en culture des espèces arborées par la société Jbala et des spécificités de cette région par rapport à d’autres systèmes étudiés en méditerranée (Aumeeruddy-Thomas, 2010). Ceci soulève des questions de recherche intéressantes quant aux relations des sociétés rifaines avec le patrimoine arboré. Nous aborderons ces sujets dans le contexte du PICS « la Montagne et ses savoirs ». La richesse des savoirs, savoir-faire et pratiques d’arboriculture reflète l’importance des savoirs agronomiques des paysans Jbala y compris en ce qui concerne l’innovation variétale ou l’adaptation de l’agrobiodiversité aux  conditions socio- historiques, culturelles et écologiques locales.

Dans le cadre de ce projet, notre contribution vise le renforcement d’une approche interdisciplinaire croisant ethnobotanique, linguistique et biologie afin de caractériser les dynamiques bio-culturelles en jeu dans le contexte des transformations en cours liées aux changements sociétaux et globaux. Il sera opportun de mener une approche comparative des  agroécosystèmes à dominante de figuier (région Jbala centre, Chaouen, Bni Ahmed, Taounate) et des agroécosystèmes à amandier de la zone de contact entre les sociétés arabophones du Rif et les sociétés berbérophones de l’est du Rif (Bni Boufrah, Bni Itteft). Une meilleure compréhension linguistique (étymologique, socio-linguistique) des types nommés et des pratiques associées serait un apport à l’état actuel des connaissances, notamment concernant la diffusion dans l’espace de ces types et des rapports entre parlers berbères et parlers arabes.

Références

ACHTAK H., 2009. Domestication et diversification variétale chez le figuier au Maroc : Bases pour la conservation et la valorisation des ressources génétiques locales. Thèse doctorat, Université Abdelmalek Essaâdi.

ACHTAK H., ATER M., OUKABLI A., SANTONI S., KJELLBERG F. & KHADARI B., 2010, Traditional agroecosystems as conservatories and incubators of cultivated plant varietaldiversity: the case of fig (Ficus carica L.) in Morocco. BMC Plant Biology, 10: 28 (http://www.biomedcentral.com/1471-2229/10/28).

ATER M. & HMIMSA Y., 2008, Agriculture traditionnelle et agrodiversité dans le bassin versant de Oued Laou. Travaux de l’Institut Scientifique. Rabat, Série Générale, n° 5, 107- 115.

ATER M., El OUALKADI A., ACHTAK H., OUKABLI M. & KHADARI B., 2008,  Diversity of the local varieties of the fig Tree in the North-Western Morocco. Acta Horticulturae (ISHS) 789: 69-76.

Aumeeruddy-Thomas Y., Hmimsa, M. Ater, B. Khadari (2014) Beyond the divide between wild and domesticated: spatiality, domesticity and practices pertaining to fig (Ficus carica L.) and olive (Olea europaea L.) agroecosystems in Morocco In: Eds Alex Chevalier, Elena Marinova, Leonor Peña−Chocarro, eds. Crops and people: choices and diversity through time. Earth EU, Brussels, OXFAM, London, p 191-197.

AUMEERUDDY-THOMAS Y., 2010 Domestication des arbres en méditerranée : un continuum entre nature et culture, In : Eds Claire Delhon, Isabelle Théry-Parisot et Stéphanie Thiébault : XXXe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes : « Des hommes et des plantes : exploitation du milieu et gestion des ressources végétales de la Préhistoire à nos jours », Editions APDCA, Antibes, p 379-390.

DELPLANCKE M., ATER M., BENOIT L., JOLY H.I & AUMEERUDDY-THOMAS Y., (in prep), An on-going diversification of almond (Prunus dulcis) in western Mediterranean: the interplay between traditional agricultural and-socio-historicaldynamics including external inputs from development projects in Bni Boufrah, northern Morocco.

HMIMSA Y., AUMEERUDDY-THOMAS Y. & ATER. M., 2012, Why Jbala communities of northern Morocco maintain such a large diversity of fig (Ficus carica L.) varieties? Vernacular taxonomy, classification and uses. Human Ecology,  DOI 10.1007/s10745-012-9471-x.

HMIMSA Y. & ATER M., 2008, Agrodiversity in the traditional agrosystems of the Rif mountains (north of Morocco), Biodiversity, 9 (1-2): 78-81.

KHADARI B., ATER M., ACHTAK H., OUKABLI A., ROGER J.P. & KJELLBERG F., 2008, Moroccan fig presents specific genetic resources: a high potential of local selection. Acta Horticulturae (ISHS) 798:33-37.

MEDAIL, F. & QUEZEL, P., 1999. Biodiversity Hotspots in the Mediterranean Basin: Setting Global Conservation Priorities. Conservation Biology 13(6): 1510–1513.

Crédits photographiques : A young fig tree, Khalid Belhaji (http://flickrcc.net/, Creative commons licensed).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *