Lenguas, Memorias y Lecturas de la Alteridad: Jbala, Ghomara y Rif (Norte de Marruecos)

Colloque international les 8-9-10 septembre 2014 à Saragosse : Lenguas, Memorias y Lecturas de la Alteridad: Jbala, Ghomara y Rif (Norte de Marruecos)

 

AFFICHE-PICS-WEB

Ce colloque cherche à réunir un groupe de spécialistes qui, procédant de différentes disciplines, ont consacré leurs travaux sur les régions de Jbala, Ghomara et Rif (Nord du Maroc). Le but est de créer un forum de discussions international dans lequel participeront des experts provenant de plusieurs institutions académiques. Pendant trois jours, ce colloque analysera différents aspects des sociétés et cultures jeblies, ghomaries et rifaines, en partant des intérêts et méthodologies des champs tels que la linguistique, l’anthropologie, l’histoire et l’ethnobotanique, et en donnant la priorité aux résultats des recherches issues des travaux de terrain menés au Nord du Maroc.

Dans l’axe de la linguistique, on examinera divers aspects des variétés arabes et berbères parlées dans la région afin d’étudier leurs évolutions, allant des basilectes aux situations exposées à une plus grande interaction avec des variétés plus prestigieuses ; dans des domaines aussi différents que la population rurale et urbaine ou les situations hybrides (ville-campagne) et les aires frontalières arabes-berbères. Il s’agit, comme on le voit, d’une situation très hétérogène qui est, en même temps, l’une des caractéristiques qui forment l’identité linguistique de la région et dont la recherche fournira des données très intéressantes à d’autres disciplines représentées dans le colloque.

Dans l’axe de l’anthropologie, on réfléchira sur les ontologies et cosmologies locales et on étudiera les discours et les pratiques culturelles de la contemporanéité, en tenant compte des domaines aussi divers que l’anthropologie du genre, l’anthropologie du corps, l’anthropologie de la parenté ou encore l’anthropologie de la religion. Les analyses des interactions entre les humains et les non-humains et des relations entre les humains et les animaux seront prises en compte avec une attention particulière.

Depuis l’axe de l’histoire, on mettra l’accent sur le passé récent du Nord du Maroc, spécialement sur les processus coloniaux et postcoloniaux, en incluant la présence franco-espagnole dans le pays et la construction moderne de l’État marocain.

Finalement, dans l’axe de l’ethnobotanique, on fera ressortir le patrimoine de l’agrodiversité arborée de cette région en étudiant la typologie de certaines plantes locales par le biais de l’analyse des ressources génétiques, des savoirs propres à la population de la région et de la circulation du matériel végétal destiné a la reproduction.

En savoir plus ici.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *