Langue et identité culturelle des Jbala-Ghmara

Colloque international

Langue et identité culturelle des Jbala-Ghmara

Chaouen, 4-7 mai 2011

colloque jpeg

image-02

 

Colloque international organisé par le programme  MAGREC (Grenade) et le Groupe Jbala de Recherche et Développement

PROGRAMME

Mercredi 4 mai                                                                                          

9h Accueil officiel :

Mme A. Pérez Cotarelo, Chargée de la Culture et de la Jeunesse, Conseil Provincial de Grenade.

Mohamed Sefiani, Président de la Commune Urbaine de Chefchaouen et coordinateur du Projet MAGREC.

J. Lopez Lopez, Directeur du Secteur Culture, Jeunesse et Coopération locale. Conseil Provincial de Grenade.

Dominique Caubet, Direction scientifique du colloque.

10h Table ronde 1. Histoire, langue et identité. Modératrice Dominique Caubet.

  1. Les dessous historiques de la fabrication de l’identité jbala, Mohamed Mezzine, historien, Université Sidi Mohamed ben Abdallah, Fès.
  2. Frontières et marges à travers l’histoire du peuplement du Rif occidental. Questions. Jacques/Jawhar Vignet-Zunz, ethnologue, IREMAM, Aix-en-Provence, France/Rabat, Maroc.
  3. Quelques hypothèses sur les dynamiques de peuplement du Rif occidental, Grigori Lazarev, socio-économiste, consultant, Association de Recherche Al-Idrissi, Rabat/Rome.
  4. Ghomara, Al-Khemas et Ghzaoua : une mobilité tribale ancestrale depuis la conquête arabe jusqu’au protectorat espagnol, Fatima Bouchmal, historienne, directrice du Musée de la Kasbah, Chefchaouen.
  5. Migrations berbères dans Al-Andalus : le cas de Ghomara, Virgilio Martinez Enamorado, historien-archéologue, CSIC, Malaga.
  6. Edward Westermarck et son image du Maroc, Tuomo Melasuo [et Marko Juntunen, Anthropologue social], politologue, dir. de TAPRI, Université de Tampere, Finlande.

14h Repas

15h Table Ronde 2. Analyse et propositions pour l’encouragement à l’interaction culturelle. Modérateur J. Lopez Lopez

  1. L’identité jbala : source et moteur d’un développement local durable, Ismael Calvo Valderrama Guillén, agro-économiste et géographe, consultant, Agri-Cultura, Tanger.
  2. L’apport des questions culturelles aux politiques de développement, Abdelilah Tazi, ATED (Assoc. Talassemtane pour l’Environnement et le Développement), Chefchaouen.
  3. Architecture traditionnelle Jbala, Ana Julia Gonzalez Sancho, architecte, Tanger.

21h Soirée de musique soufie. Groupe Hadra Chefchaouen, avec Majda Galoli.

Jeudi 5 mai

9h Table Ronde 3. Questions de linguistique. Modérateur J. Vignet-Zunz

  1. Les parlers arabes montagnards du Nord marocain : une question d’identité linguistique, Angeles Vicente, dialectologue et sociolinguiste arabes, Université de Saragosse.
  2. Parlers montagnards marocains : Quelle place dans la dialectologie du Maghreb ? Dominique Caubet, arabe maghrébin, INALCO, Paris/CJB, Rabat.
  3. L’arabe djebli (djebliyya), Abdelaziz Allati, linguistique berbère, Université Abdelmalek Saadi, Tétouan.
    1. Les parlers senhaja et ghomara et leur place dans la dialectologie berbère, Maarten Kossmann, linguistique berbère/arabe, Université de Leiden, PB.
    2. L’influence de l’arabe sur le berbère ghomari, Khalid Mourigh, linguistique berbère, doctorant-chercheur, Université de Leiden, PB.
    3. A propos des collectifs en rifain oriental et en arabe marocain, Stanly Oomen, linguistique berbère, doctorant-chercheur, Université de Leiden, PB.
    4. Le rapport de production symbolique de la langue, autour du ferment zénète, Ariel Planeix, anthropologue, doctorant-chercheur, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IEDES, IRD.

11h Pause

12h Inauguration de l’exposition « Architecture traditionnelle Jbala », Ana Julia Gonzalez Sancho, Fatima Bouchmal.

14h Repas

16h Table Ronde 3 (suite)

  1. Le comparatisme sémitique dans une perspective afro-asiatique : que peut éclairer le berbère ? Mohamed Elmedlaoui, sémitisant-berbérisant, IURS, Université Mohamed V-Souissi, Rabat.

Vendredi 6 mai

Excursion : Visite de Hajrat En-Nser.

Samedi 7 mai

9h Table Ronde 4. Revalorisation/revitalisation de l’identité culturelle. Modérateur J. Vignet-Zunz

  1. Une expérience ethnologique d’inventaire patrimonial et culturel, Isabelle Jabiot, ethnologue, doctorante-chercheure, Université de Paris Ouest-la Défense.
  2. La base de données de l’Association Targa-AIDE, Otman Raji.

11h Pause

11h30

  1. Identité et patrimoine jbala : un regard à travers les agrosystèmes traditionnels, approche lexicale, Mohamed Ater (et Younes Hmimsa), Faculté des Sciences, Université Abdelmalek Saadi, Tétouan.
  2. Réflexions sur le patrimoine oral de la tribu Ghzaoua, Araceli Gonzalez Vazquez, LAS, Collège de France/Ehess, Paris.
  3. Des identités à Chefchaouen : un tissu de ruralité dans un îlot de citadinité en zone Jbala, Isabelle Jabiot, ethnologue, doctorante-chercheure, Université de Paris Ouest-la Défense.

13h Repas

15h Conclusions, recommandations, propositions et clôture. Modérateur J. Lopez Lopez.

1.    Dominique Caubet.

2.    Vignet-Zunz.

 

image-3

 

CONCLUSIONS

Dominique Caubet

Pour de prochaines rencontres, il conviendra tout d’abord de s’assurer la présence de chercheurs qui avaient été empêchés et dont la collaboration nous a manqué : Salem Chaker, Mostafa Benabbou, Ahmed Tahiri, Simon Lévy, Ahmed Siraj, Mohamed Naciri, Remo Mugnaioni, Kamel Chachoua, Jorge Aguadé, Peter Behnstedt et d’autres…

Axes de recherche à explorer pour de prochaines rencontres :

Des chercheurs de différentes disciplines ont présenté des communications qui évoquaient la question de la marginalisation, des frontières, thèmes que l’on pourrait mettre en avant lors de nos prochaines rencontres. On peut même avancer que c’est l’approche pluridisciplinaire qui a permis l’apparition de ces axes.

1 – Marginalisation, minoration, stigmatisation et nécessité de valorisation par la communauté scientifique

Ces thèmes sont revenus chez les linguistes, les anthropologues, y compris pour la biologie : parlers minorés ou stigmatisés, pratiques rurales stigmatisées par les citadins, cultures mineures, marginales, négligées, voire abandonnées et surtout ne faisant l’objet d’aucune conservation systématique en tant que patrimoine à protéger et à valoriser.

Un vrai travail de déconstruction est à faire en ce qui concerne les clichés qui ont la vie dure dans la société marocaine et sur lesquels nos disciplines peuvent travailler.

Les chercheurs doivent pouvoir se livrer à la « vulgarisation » ou à la « valorisation de la recherche », et leur intervention, surtout regroupés comme lors de ce colloque, peut effectivement avoir un vrai rôle de valorisation et permettre des actions de protection de ce patrimoine en voie de disparition et il faudrait faire connaître cet intérêt.

2 – La notion de frontière

Les frontières ont beaucoup été évoquées en géographie, socio-économie et histoire ; elles ont également été abordées dans le cas des atlas linguistiques.

Ces frontières permettent de délimiter l’« autre » et le « même ». Comment y associer les notions d’altérité et d’identité ? Une première étape pourrait être l’établissement de cartes.

3 – Un instrument de comparaison : l’élaboration de cartes dynamiques

Otmane Raji a proposé l’élaboration de cartes dynamiques ; ces cartes pourraient être élaborées dans différents domaines, et être ensuite utilisées comme éléments de comparaison : outre les séparations de tribus, on pourrait, autour de l’idée de frontière, situer les différents types de parlers arabes dits « jbala » ou « Nord Taza », leur imbrication avec des parlers berbères (dans la région Ghomara par exemple).

On pourrait également faire ce genre de travail pour les agro-écosystèmes traditionnels et la terminologie qui leur est associée.

4 – Urbanité, citadinité, ruralité

On observe un lien fort entre les citadins et les ruraux proches, bien qu’un sentiment de hiérarchie soit maintenu, et il conviendrait d’examiner le rapport (lâche ou serré) entre urbanité, citadinité et ruralité, dans divers domaines ; la comparaison a été évoquée en dialectologie puis en anthropologie/ethnologie. On pourrait également songer à développer cette approche pour d’autres disciplines.

5 – Le lien avec Al-Andalus

Pour finir, il est important d’articuler la zone Jbala-Ghomara avec l’Andalousie pour pouvoir comprendre sa genèse et le cadre du Programme MAGREC est particulièrement adéquat pour développer cette approche.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *