Femme, patrimoine, économie sociale et développement humain dans l’espace Jbala

Colloque international

Femme, patrimoine, économie sociale et développement humain dans l’espace Jbala

Taounate, 5 et 6  juin 2014

 

Le Centre d’Etudes et de Recherches Interdisciplinaires sur les Jbala-Groupe Jbala (CERIJ-GJ) et la Province de Taounate organisent, en collaboration avec : l’INPMA-Taounate (USMBA–Fès), le Conseil provincial des ‘ulamâ’-s de Taounate, le Conseil régional, le Conseil provincial, la Direction provinciale des Affaires Culturellesla seconde édition du colloque international de Taounate.

 

Programme

Mercredi 4 juin :

  • Fès :

17h Rassemblement des participants sans véhicule au parking de l’hôtel Royal Mirage pour  transfert en minibus à Taounate

17h30 Départ pour Taounate

  • Taounate :

-Visite de l’exposition sur l’Artisanat de la Province de Taounate

-Nuitée à Taounate au Centre de Formation.

Jeudi 5 juin :

09h Accueil et inscription des participants, remise des badges et des dossiers des journées

09h30 Ouverture des journées

– Allocution de Monsieur le Gouverneur de la Province de Taounate, M. Belhadfa Hassan

– Allocution de Monsieur  le Président de la Région, M. Boudra Mohamed

– Allocution de Monsieur le Président de la Municipalité, Dr. Bouzaïdi Tiali Jamal

– Allocution du Président du  CERIJ-Groupe Jbala, Pr Mezzine Mohamed

10h Pause café

10h30 Séance 1 : Histoire et ‘ulamâ’-s des Jbala

Président de séance : Mezzine Mohamed (historien, Univ. USMBA Fès et Président du CERIJ- Groupe Jbala)

10h30-10h45  Bouzaïdi Idrissi Mohammed (historien, Univ. Ibn Toufail, Kénitra) : Les origines ethniques, linguistiques, spirituelles et religieuses dans l’espace Jbala à travers l’Histoire, Sanhaja-Ghmara

10h45-11h  Azami Ahmed (historien, Univ. USMBA-DM Fès). Lecture dans le livre : La tribu Béni Zeroual de Mohammed Bachir Fassi Fihri

11h-11h15 Hmiddouch Abdelkrim (Président du Conseil des ‘ulamâ’-s de Taounate) : Les ‘ulamâ’-s de la région de Taounate

11h15-11h30 Lahmer Hamid (Etudes Islamiques, Directeur de l’UFR Le malékisme) : À propos de quelques ‘ulamâ’-s malékites du pays Jbala

11h30-12h  Débat

12h-13h30 Séance 2 : Économie sociale et nouvelles alternatives de développement humain

Président de séance : Azzouzi Bouzid (Professeur de management au Groupe ISCAE)

12h-12h15 Boukherouk Mohamed (CERAMAC, France, Agence Kulturen, Salé) : Économie sociale, de nouvelles alternatives pour le développement humain dans les espaces fragiles et périphériques

12h15-12h30 Lazarev Grigori (géographe-sociologue, ex-FAO, consultant à Targa-AIDE) : L’économie solidaire

12h30-12h45 Dahman Saïdi Abdessalam (Directeur de l’Association Targa-AIDE, IAV-Hassan II, Rabat) : Les provinces du Rif occidental, atouts et potentiels pour une économie sociale et solidaire

12h45-13h15 El Khanchoufi Abdesslam (Directeur de l’INPMA, Taounate) : État des lieux et perspectives de développement des PMA à Taounate

13h15-13h30 Débat

13h30-14h30 Pause déjeuner

14h30-15h Conférence plénière

Président de séance : Pr. Brigui Fouad

Messaoudi Leïla (Professeure à la FLSH de l’Université Ibn Tofaïl, Kénitra, directrice du laboratoire Langage et société-CNRST URAC 56) : La question des parlers et des technolectes Jbala

15h-18h Séance 3 : musique, architecture et poterie dans l’espace jbala

Président de séance : Vignet-Zunz Jacques Jawhar (ethnologue, Iremam-Aix/Rabat)

15h-15h45 Table ronde 1 : La musique

Elmedlaoui Mohamed (Linguiste et musicologue, IURS, Université Mohammed-V, Souissi, Rabat) : Les rythmes impairs (5/8, 9/8) dits lmizan l‘ârej dans les musiques du Maroc ; le cas de la taqtuqa de Jbala

Benabdeljalil Nabil (professeur de musique, Ben Msick, Casablanca)

Ragoug Allal (historien, IURS, Université Mohammed-V, Souissi, Rabat)

Nico Staiti (ethnomusicologie, Bologne)

Silvia Bruni (doctorante en anthropologie, Bologne)

15h45-16h30 Table ronde 2 : L’Architecture

Lahbabi Rafih (directeur de l’Ecole d’Architecture de Casablanca)  et ses élèves

Tayyibi Abdelghani (directeur de l’Ecole d’Architecture de Marrakech) et ses élèves

Gonzalez Sancho Ana Julia (Architecte, AREHA Consulting Architecture, Tanger)

16h30-17h Pause café

17h-17h45 Table ronde 3 : La poterie

Berrada Hammad (Président de Terres des Femmes, Rabat/Casablanca)

Lehmam Zineb (Inspectrice de l’Enseignement)

Elhraiki Rahma (INSAP, Rabat)

Lanclon Jean (céramiste, Rabat)

Teeuwissen Anne-Marie (Ex-vice consule du Royaume-Uni, Terres des Femmes)

17h45 -18h30  Clôture des travaux 

Présidente de séance : Messaoudi Leïla

Brigui Fouad (Professeur USMBA, Directeur du Laboratoire de Recherches et d’Etudes Linguistiques, Labo-REL) : Évaluation de la journée.

Mezzine Mohamed (Président du CERIJ-GJ) : Allocution finale.

Soirée : participation d’artistes locaux.

Vendredi 6 Juin : Sortie au Jbel Astar et au site archéologique de Saddina.

 

[Absents excusés : MM. Boudra Mohamed, Bouzaïdi Idrissi Mohammed, Lahmer Hamid, Lazarev Grigori, Benabdeljalil Nabil, Ragoug Allal, Lahbabi Rafih (remplacé par MM. Ouazzani Adil), Tayyibi Abdelghani,  Berrada Hammad, Mme Elhraiki Rahma]

 

ANNEXE I

Résumés des principales interventions de l’après-midi[1]

Mme Leïla Messaoudi : Linguistique

Mme Messaoudi a d’abord rappelé le travail de recherche entrepris dès le milieu des années 80 dans le cadre du Groupe Pluridisciplinaire d’Etudes sur les Jbala, coordonné par Ahmed Zouggari (IAV-Hassan II, Rabat). Puis elle a montré l’implication de l’université de Kénitra (pionnière dans le domaine) dans la recherche sur les parlers Jbala, dont elle-même ainsi que ses étudiants, ont contribué à montrer les spécificités phonologiques, morphologiques, syntaxiques et lexicales. La perspective adoptée dans le cadre des travaux conduits par le professeur Leila Messaoudi tient compte de la dialectique entre le souci de la préservation du patrimoine oral et la nécessité de prendre en considération les contraintes des mutations sociales, décelables au moyen des analyses relevant de la sociolinguistique. Ces mutations sont objectivement nécessaires mais tout le monde s’accorde sur le fait qu’il convient d’en corriger les aspects négatifs, résultats de décisions inadéquates prises par le passé.

Il s’agit d’éviter à la fois l’écueil du passéisme et celui de la tentation de la territorialité.

Elle a insisté sur le lien entre les pratiques langagières et le développement économique solidaire qui peut être articulé par le biais de l’étude et de l’enseignement des technolectes spécifiques aux activités dont le développement est jugé bénéfique pour la région, ce qui peut aider les acteurs directs de ces activités à une maîtrise optimale de leur pratique.

Le REMATE (Réseau Maghrébin des Technolectes), créé récemment à Kénitra,  peut apporter sa contribution à ce sujet.

Elle a, en outre, souligné l’originalité de l’engagement spécifique du CERIJ-Groupe Jbala dans ce processus du fait de son approche pluridisciplinaire et de la diversité d’appartenance géographique de ses membres, aussi bien sur le plan national qu’international, ce qui permet d’éviter le travers d’une approche régionaliste étroite et inscrit cette démarche dans une perspective unitaire qui appréhende la diversité dans l’unité.

Elle a, enfin, appelé à une meilleure collaboration entre l’université de Kénitra et les autres universités marocaines (Fès, Oujda et Tétouan notamment) qui partagent les mêmes préoccupations, parfois depuis longtemps (les années 80) comme c’est le cas pour l’Université de Fès.

*

*   *

Mohamed El Medlaoui : Musique

Comme l’a bien précisé Ahmed Aydoun dans son ouvrage de 1992 (Musiques du Maroc; p: 111-115), le déroulement séquentielle d’une séance Aïta de Jebala est le suivant : (i) un prélude instrumental improvisé et non rythmé dit ‘ar-rayla’, dont la fonction est juste d’annoncer les notes modales, (ii) la ‘ayta au sens restreint qui consiste en un accompagnement mélodico-rythmique sur une mesure à 9 temps en cinq frappes (1-longue, 1-brève, 3-longues), (iii) un rythme quinaire dit ‘goubbahi sur une mesure à 5 temps en quatre frappes (1-longue, 3-brèves), et enfin (iv) un rythme divertissant final invitant à la danse dit ‘dridka sur une mesure à 6 temps en quatre frappes (1-longue, 2-brèves, 1-longue).

Ce à quoi l’on assiste aujourd’hui, sous la pression de l’accélération de la temporalité socioéconomique, administrative et de programmation évènementielle, ainsi qu’à cause de la demande du marché de l’événementiel, vif ou télévisé, axé sur le divertissement grand public hétérogène, est une tendance à réduire le déroulement authentique de la ‘Aïta de Jebala à sa seule phase finale la dridka, interprétée en plus sur des tempos de plus en plus rapides. Cela revient à dire que, faute d’une prise de conscience et d’une vigilance culturelle aux niveaux de la gestion et de la direction scientifique du fait artistique, la ‘Aïta de Jebala s’achemine, par la force de la seule logique de la demande du marché libre de l’animation artistique, vers la perte des éléments essentiels qui fondent sa spécificité musicale authentique au niveau du rythme, que sont le rythme à neuf temps (tak-tr-tan-tin-tan) dit ‘ayta et le rythme à cinq temps dit goubbahi. Cette dérive de déstructuration n’aura pas seulement des conséquences au niveau purement musical en lui-même vu à l’aune du patrimoine immatériel. Elle aura également, comme résultat de dépourvoir la ‘Ayta, en tant que format de musique traditionnelle, de tout son pouvoir d’encadrement socioculturel, et ce en l’uniformisant dans le registre atone des variétés.

Cette  uniformisation catastrophique, appauvrissante, menace de réduire ces genres musicaux en de simples costumes folkloriques particuliers (la djellaba et le turban par exemple). Bref, les modes et les rythmes font partie du patrimoine culturel intangible qui a la propriété de pouvoir disparaître sans que l’on s’en aperçoive, comme l’on s’aperçoit de l’écroulement d’un monument historique.

*

*    *

Mme Zineb Lehmam : Poterie

L’association Terres des Femmes travaille avec plusieurs lieux de production de poterie chez les Jbala : M’tioua, Douar Taounate Louta  –  M’tioua, Douar Dlimet – Aïn Bouchrik – Aïn Berda – Douar Dehar – Douar Bouadel – Douar  Ouled ben Kacem…  Jadis, douars entièrement voués à la production de la poterie, aujourd’hui seules deux ou trois femmes âgées produisent quelques pièces.  Ces lieux ont une production diversifiée présentant un intérêt esthétique. Les influences ne semblent pas avoir touché l’essentiel de la morphologie des poteries ou de leur décoration. L’appartenance à une tribu, bien qu’elle perde  graduellement de son importance dans une fusion généralisée de la société nationale, se maintient dans la mémoire culturelle des potières. Cependant, chaque potière qui s’éteint, c’est un centre de production fermé à jamais !

De l’utilitaire… à l’esthétique.

Objets  usuels de la vie courante, confectionnés dans un cadre familial pour l’économie domestique, ces objets ont donné différentes formes de poteries mais d’abord utilisées pour la conservation et le stockage des denrées alimentaires (transport des liquides : eau huile, miel…).

Aujourd’hui les bouleversements  socio-économiques et culturels ont dénaturé la poterie et restreint la diversité des formes (et l’artisanat en général). Cette poterie utilitaire en premier lieu peut dévier pour englober  jusqu’aux jouets d’enfants…

Ces objets utilitaires  (grandes jarres, enfumoirs, barattes, chandeliers ou candils) font le bonheur de quelques touristes qui tombent sous le charme des matières  et des formes relevant d’un autre temps  ainsi que pour leur aspect  esthétique.

De la mémoire…  à l’oubli.

La raréfaction  de la production vient essentiellement  de la prolifération dans les souks hebdomadaires de la vaisselle et des récipients en aluminium et en plastique plus légère et plus solide et surtout bon marché. L’apparition de ces nouvelles matières a surtout provoqué la disparition de certaines pièces trop lourdes, (grandes jarres). Les pièces sauvées par les musées nationaux ne font pas légion !

La scolarisation de la fillette rurale achèvera sans aucun doute, ce processus d’oubli de la mémoire culturelle et effacera des mémoires les techniques ancestrales des régions réputées pour cette production.

De par ses commandes orientées, l’association tente  de préserver  les formes et la décoration ancestrale de ces  douars.

Préservation & valorisation.

La poterie de Taounate a, certes, un caractère archaïque dans sa fabrication. Mais si la poterie se définit comme l’art de façonner l’argile et d’en fixer les formes par la cuisson, elle incarne le reflet socio-économique et esthétique des cultures des peuples en général et de la population de Taounate, et à ce titre elle doit être non seulement préservée mais encore valorisée. Reste à trouver les voies et moyens à cet effet !

Propositions & actions.

Répertorier les différents graphismes et leur champ d’application et en étudier les interprétations  (signes et symboles d’une aire tribale).

Création de petits musées communaux et des Centres d’exposition-vente dans les villages-souk des régions de production féminine. Assurer la chaîne de transmission des savoirs et savoir-faire par le biais de la formation des jeunes  générations (activités parascolaires). Faire la relation tourisme-artisanat. Surfer sur la vague écologique et proposer au marocain d’aujourd’hui des objets esthétiques utilisables.

Ces régions y gagneraient en prestige, et en valorisant économiquement ces produits cela redonnerait à toutes ces femmes la dignité et le bénéfice de leur labeur.

Combien de pièces, achetées dans les souks, se retrouvent en bonne place dans les musées espagnols, allemands et suisses …

 *

*     *

 

ANNEXE II

Table ronde « Architecture » : Argumentaire 

La Province de Taounate présente un avantage certain en ce qui concerne l’architecture vernaculaire. Elle enjambe deux styles très différents et cependant également attachants : la maison des Jbala et celle des Hyayna. La première, emblématique de cette population de montagne, quoique avec des particularités propres à la Province, est bien celle qu’on retrouve dans tout le Rif occidental, avec notamment son toit à double pente recouvert anciennement de terre et chaume.  La seconde – toit plat en terre et chaume et enduit argileux généralisé -, dans la plaine ondulée du Prérif, appartient aux Hyayna, une de ces tribus placées là à partir du XIIe siècle pour ceinturer les Jbala (appelés alors Ghumara) et leurs reliefs en protection de Fès et du couloir qui conduit au détroit (El-Habt). De leurs ancêtres Banu Hilal, elles ont gardé le goût du cheval, mais ont depuis longtemps abandonné la tente et l’exclusivité du troupeau, pour adopter maints traits à leurs voisins sédentaires en une symbiose remarquable.

Nous avons aussi la chance d’avoir sur ces deux régions voisines le regard de deux architectes amoureux du travail de l’homme, Benelkhadir M. et Lahbabi A. Leur étude, Architectures régionales. Un parcours à travers le Nord marocain (1989), est un document précieux sur les différents habitats du Nord ; elle a été par la suite resserrée sur les seuls Prérif et Rif central dans Architecture traditionnelle rifaine (2013).

Ils ont été rejoints par Ana Julia Gonzalez Sancho, architecte établie à Tanger, qui a fait un travail de recherche sur la maison Jbala (Rif occidentaux et central), auteure d’une exposition itinérante, avec photos et dessins, dans divers villes du Maroc et aussi à l’ENA de Rabat et de Tétouan. Ce contenu a été réuni dans l’ouvrage bilingue Architecture rurale en terre au nord du Maroc. Un Paysage culturel en transformation (2010).

Plus récemment, il y eut l’appel de l’Institut Culturel d’Architecture et du Patrimoine Maroc (ICAP), en mai 2013, nouvelle association créée à l’initiative de l’Ecole d’Architecture de Marrakech et de son directeur, Abdelghani Tayyibi. Il vise à fédérer autour du thème de « la culture dans les domaines de l’Architecture et du Patrimoine » en ciblant les « activités pédagogiques, para-pédagogiques, de recherches scientifiques appliquées et de sensibilisation liées à l’architecture, aux métiers de l’artisanat, du bâtiment et du patrimoine en particulier ».

A cela il faut intégrer l’apport militant de la revue Architecture du Maroc et de sa directrice, Selma Zerhouni, attentive à encourager et à rassembler les initiatives tournées vers le patrimoine, notamment bâti, et particulièrement le vernaculaire.

Enfin signalera-t-on le Centre de la Terre, créé en 2000 par Denis Coquart dans la palmeraie de Marrakech pour former les maâlmin-s – et encourager les architectes – à la technique de la construction en terre, grâce à des méthodes scientifiquement éprouvées.

C’est là, à notre porte,  un faisceau d’indices qui nous encourage à considérer que l’heure est venue de concentrer sur notre région du Nord des compétences et des convictions toutes disponibles.

La rencontre de Taounate du 5 juin, en réservant une demi-journée aux « Arts populaires », veut donner l’occasion à des spécialistes confirmés de réfléchir ensemble aux moyens de faire profiter les populations de la Province des atouts combinés d’un héritage culturel multiple et du regard nouveau de l’élite intellectuelle du pays sur les créativités populaires – où la femme laisse sa forte, sinon exclusive, empreinte.

 

[1] Résumés communiqués par leurs auteurs.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *