Les études sur la langue et la société des Jbala dans les universités marocaines : intérêt académique et motivations

Par Fouad Brigui (Professeur de l’Enseignement Supérieur, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Dhar El Mehraz, Fès).

Nous ne présenterons pas, dans ce qui suit, les publications (livres et articles) produites par des Marocains sur les Jbala, mais plutôt quelques travaux relatifs aux Jbala réalisés au sein de l’Université marocaine (monographies et thèses). Mais avant cela, un détour s’impose. Il s’agit d’expliquer pourquoi le chercheur marocain, en particulier, et arabe, en général, qui se penche sur l’étude de son patrimoine culturel populaire se sent appelé à se justifier.

Face au travail d’un mathématicien, par exemple, il ne vient pas immédiatement à l’esprit de s’interroger sur ses motivations, sur ses objectifs et visées à travers l’intérêt qu’il porte à l’objet, en apparence tout neutre, de son investigation : les chiffres.

Aussi, les sciences dites exactes s’imposent-elles au premier abord comme une affaire de spécialistes (qu’elles portent sur des exercices cérébraux abstraits de calculs ou qu’elles cherchent à décortiquer la structure du monde physique). La réflexion et le débat s’y exercent dans un cercle fermé.

Les sciences humaines, par contre, semblent pratiquement relever, tout comme la politique, de la chose publique. Ce qui n’est pas un pur hasard, à notre avis.

De telle sorte qu’elles facilitent l’immixtion des non spécialistes, d’une part, et des décideurs, d’autre part, qui les exploitent largement en procédant à un subtil mélange des genres. C’est ainsi que la géographie devient une science militaire, que l’anthropologie se fait l’alliée de la colonisation et que les frontières s’évanouissent entre le linguistique et l’épilinguistique.

Quelques faits proches de la matière physique mis à part (l’étude des sons par exemple en phonétique) qui découragent les intrus, dès que l’on approche du domaine de la signification, les portes sont ouvertes à l’immixtion du grand public.

Face à ce dernier, les sciences humaines ont du mal à se faire reconnaître comme une affaire d’experts. La presse se charge de les vulgariser pour ce public. Tout pratiquement y passe : société, économie, histoire, politique… Mais on y cherchera vainement l’explication d’une formule mathématique, par exemple.

Par ailleurs, cette proximité des sciences humaines de la chose publique et, par voie de conséquence, de la politique, explique la défiance qu’elles suscitent auprès des représentants de l’ordre établi qu’ils soient politiciens ou religieux. D’où les formes diverses de censure qui pèsent sur les recherches en sciences humaines.

Cependant, il faut bien reconnaître qu’il est difficile de dissocier la recherche de l’idéologie. Tout savant a une idéologie (spontanée comme le soulignait Althusser). Ce qui suscite légitimement la polémique entre experts concernant le bien-fondé de tel ou tel concept, de telle ou telle méthode.

Mais cette idéologie-là naît d’un champ d’expérimentation d’experts et n’est pas comparable à la représentation vulgarisée qui constitue celle des  non spécialistes. De sorte qu’il est préférable que les experts puissent se transformer en acteurs sociaux au lieu de laisser le champ libre de l’action sociale à des acteurs moins avertis.

En ce qui concerne l’université marocaine, celle-ci s’est penchée, pratiquement depuis sa création, sur l’étude de l’environnement social et le patrimoine immatériel des diverses franges de la population marocaine. Ces études, pour des raisons idéologiques, n’ont pas toujours été les bienvenues. Parmi ces raisons, on peut citer les suspicions relatives aux intentions prêtées aux chercheurs qui ont fait de ces thématiques l’objet de leur recherche. Leur démarche s’inscrirait dans la continuité des objectifs qui auraient été poursuivis par les anthropologues coloniaux qui mettaient le résultat de leurs recherches à la disposition des décideurs militaires et politiques de l’époque. Le plus saillant de ces objectifs étant d’accentuer les divergences entre les diverses communautés marocaines afin de mieux régner. Ce même objectif aurait pris, de nos jours, une nouvelle forme en vertu d’une certaine théorie du complot, que confirmerait le processus de balkanisation à laquelle on assiste actuellement dans le monde dit arabe et musulman (monde particulièrement complexe puisqu’il regroupe également des populations non arabes et des communautés non musulmanes).

C’est ainsi qu’un idéal s’est créé dans l’esprit de certains chercheurs universitaires marocains qui poursuivent les travaux de description menées par les anthropologues, ethnologues et linguistes, pour la plupart, occidentaux. Ces travaux s’inscrivent dans une dynamique propre qui consiste à séparer le bon grain de l’ivraie. L’aspect scientifique des recherches menées par les chercheurs occidentaux de l’ère coloniale sont, pour eux, indéniables. Mais les visées des chercheurs marocains sont différentes. Leur but est d’arriver à une meilleure connaissance le leur société, une meilleure prise de conscience des ressorts qui déterminent le fonctionnement de leur société et les mutations que celle-ci connaît. Ils prônent l’unité dans la diversité et aspirent à bâtir des états fondés sur la démocratie et le droit, respectant le droit des minorités, vivant en bonne intelligence avec les grandes puissances dont ils espèrent un soutien désintéressé à leurs aspirations.

Ils suivent avec intérêt les travaux des chercheurs occidentaux qui ont poursuivi ces recherches à l’ère postcoloniale. Ils continuent de compter sur la collaboration de ceux parmi eux qui ont pris la relève de leurs aînés.

C’est dans esprit également que, entre autres régions du Maroc, les universitaires marocains ont effectué ou dirigé des travaux sur les parlers et la société des Jbala. La société des Jbala, par ailleurs, a fait l’objet d’autres approches effectuées dans le cadre d’autres branches des sciences humaines.

C’est ainsi que, dans le cadre de l’université marocaine, on a pu déceler, parmi d’autres champs de recherche, un intérêt pour le pays Jbala. En témoignent les différentes recherches académiques menées, dès les années 80, au sein de différents départements, dans plusieurs domaines d’investigation: linguistique, histoire, géographie, sociologie, littérature populaire, ainsi que dans certains champs pluridisciplinaires (approches croisées mêlant plusieurs disciplines)…

Dans le cadre du projet PICS « La montagne et ses savoirs », notre objet d’étude, les parlers et leur rapport à la société des Jbala, s’inscrit, pour ce qui de l’angle linguistique, dans le cadre d’une branche de la linguistique désignée par le terme de « dialectologie » qui se penche, essentiellement, sur la description des langues non standardisées. Nous faisons appel également à la sociolinguistique, notamment pour étudier les diverses formes de variations linguistiques imposées par la dynamique des changements sociaux.

Des chercheurs marocains, universitaires et étudiants appartenant aux universités de Fès, Oujda, Tétouan et Kénitra, principalement, avec le soutien de leurs partenaires internationaux (Iremam, LacNad, CJB, Université de Montpellier II, Université de Saragosse) et nationaux (Fondation Ibn Al Khatib) ont pour objectif de contribuer à approfondir les études antérieures menées dans les deux rives de la Méditerranée au sujet de  la langue et de la culture des Jbala. Après l’étude des variantes régionales linguistiques de la zone Jbala-Ghomara menée dans le cadre d’enquêtes effectuées par des étudiants supervisés par des spécialistes en histoire, linguistique et ethnobotanique, d’autres enquêtes ont pour but de recueillir des données relatives essentiellement à la terminologie des métiers, de la flore et de la faune dans cette aire géographique.

Voici quelques travaux de l’Université marocaine ayant porté sur le domaine Jbala (nous n’avons pas été en mesure de collecter auprès de nos collègues des travaux réalisés dans les autres facultés du Maroc, excepté la faculté de Kénitra) :

Directeur(s) de recherche Type de monographie Auteur(s) Intitulé de la monographie Année
        Université de Fès
Jean MOLINO Mémoire de licence ès-lettres (option linguistique) Mohsine AYOUB Description phonologique du parler arabe dialectal de Tétouan 1980-1981

,,

,,

Ali ROUCHDI La description phonologique du parler d’Ouezzane 1980-1981

,,

,,

Mohammed CHETOUI La description phonologique du parler des Jbala 1980-1981
Jean MOLINOAhmed AKOUAOU

,,

Nezha SBAÏ Description phonologique du parler arabe dialectal de Tétouan 1981-1982
Ahmed AKOUAOU

,,

Hassan KOURKI Description phonologique d’un parler de Tanger 1984-1985

,,

,,

Ahmed EDAÏCH Description phonologique d’un parler de l’arabe marocain : Jeblia de Bani-Melloul 1984-85

Miloud TAIFI

Abdelali SABIA

Kaddour CADI

,,

Aicha SKIREJ L’emprunt lexical du parler arabe de Tétouan à l’espagnol : Domaine Football 1982-1983

,,

,,

Safia BAKKALI L’emprunt lexical du parler arabe d’Ouezzane au français : Domaine culinaire 1982-1983

Ahmed OUAZZANI

,,

Abdelkamel FARIDI Etude toponymique dans les deux communes rurales de Aïn Mediouna et Bouadel 2000-2001

Kaddour CADI

Miloud TAIFI

,,

Abdellatif TAKKAL Quelques repères spatio-temporels en arabe marocain (parler d’Asilah) 1983-1984

,,

,,

Faïza MEZZOUR Les expressions figées en arabe marocain : Description syntactico-sémantique (parler de Tanger) 1983-84

Thami BENKIRANE

,,

Mohamed EL HALFAOUI Etude phonotactique de l’arabe marocain – parler de Taza 1988-1989

Anas ZOUITEN

,,

Mohamed Said EL HOR L’impact de la langue espagnole sur le parler du nord-ouest du Maroc 1988-1989

,,

,,

Mustapha JEBARI L’impact de la langue espagnole sur le parler nord marocain (la ville de Larache comme exemple) 1990-1991

,,

,,

Saloua LAKHMIRI L’emprunt lexical dans le parler de la région de Taza (Ghiata) 1991-1992

,,

,,

Hanane EL ALLAOUI L’emprunt lexical dans le parler de Taza 1992-93

Khedda ZEMRAG

Ahmed SDIRI

,,

Saïd TARTAR La toponymie de la médina de Taza- Approche linguistique – 1988–1989

Ahmed SDIRI

Jean Jacques TATIN

Mémoire de licence ès-lettres

Larbi TAHRI Oralité et mysticisme chez les Touhama d’Ouezzane : Etablissement d’un corpus 1984-1985

,,

,,

Abdellah STITOU Approche socio-culturelle des chants et des rites de la moisson chez Douar Sbiet, Ahl Er-robiâ, Cercle d’Ouezzane 1985-1986

,,

,,

Faiza ZNAGUI Recherches sur les chants populaires de Tanger 1987-1988

,,

,,

Abdeslam GUENAOUI La pharmacopée traditionnelle dans la région de Taounate 1987-1988

Repiso SIGIFREDO

Monografía de licenciatura Amina ALOU Interpretación de la toponimia y onomástica española en lengua bereber : en la zona del Rif y en la época del protectorado 1990-1991

Mohamed KHALLAF

Monografía de licenciatura Touria EL AKRAMI Labor cultural de España en Larache durante el protectorado 1912- 1956 1984-1985

,,

Monografía de licenciatura Naïma MOUFRA Gramatica contrastiva rifeño-española 1989-1990

,,

Monografía de licenciatura Ibrahim AMARNIS El impacto linguístico español en el habla de Tanger 1982-1983

Kamal ENNAJI

Monografía de licenciaturaOpción : Lingüística Houssien EL OUARIACHI Las influencias lingüísticas españolas sobre el rifeño en el ámbito comercial 2002-2003
Fatima MOUAID Monograph submitted in partial fulfilment of the requirements of the B.A. degree in English Karima LAHMID A Linguistic Analysis of Eastern Tazi Dialects: “A case study of the local dialect in Maknassa Charquia and Sabt Boukalale” 1999-2000

أحمد البوزيدي

بحث لنيل شهادة الإجازة في التاريخ

فتيحة الفرشاخي

دراسة تاريخية لقبيلة البرانس

1424-1423 ه

2002-2003

,,

,,

نعيمة هنوش

رجاء دحماني

دراسة و تحقيق لأسماء الأعلام و المناطق الجغرافية « نموذج إقليم تازة »

1421-1420 ه

2000-1999

محمد البكراوي

,,

عبد الإله الرويضي

قبيلة بني زروال و الاستعمار الفرنسي من 1921 إلى 1926

1414 ه

1994-1993

,,

,,

رشيدة أفيلال

المقاومة الشعبية المسلحة بتطوان و ناحيتها (جبالة) ضد الاحتلال الإسباني

1407-1406 ه

1987-1986

عبد الرحيم اليعقوبي

بحث لنيل شهادة الإجازة في علم الاجتماع

عياد اتهيمة

المعتقدات والممارسات الدينية

نموذج الزاوية العساوية بتازة

1983-82

Directeur(s) de recherche Type de monographie Auteur(s) Intitulé de la monographie Année
Fouad BRIGUI Mémoire de licence ancien régime EL FAKHOURI, Abdelali et LAKHAL, Mourad Traduction de contes populaires (Fès, Taza et régions) de l’arabe marocain vers le français 2005-2006

,,

Mémoire de master (Didactique du français et interculturalité) EL MASSAOUDY, Noura Description du parler de Taza (vieux tazi) 2008-2009

,,

Mémoire de master (Didactique du français et interculturalité) MILOUDI, Fadwa Description d’un corpus du parler des Jbala (Ghafssaï) 2008-2009

,,

Mémoire de master (Sciences du langage) BELBAITA, Younes Le parler des Branès. Parler arabe du nord de la région de Taza. Particularités phonétiques, morphosyntaxiques et lexicales 2011-2012

,,

Mémoire de master (Sciences du langage) OUARDI, Rachida Description d’un parler jebli des Mtioua (Douar Dlimate) 2011-2012

,,

Projet de fin d’études (licence nouveau régime) DOUKKALI, Samira Les proverbes utilisés par la population de la communauté de Sidi Hmed Cherif (région de Ouezzane) 2007-2008

,,

Projet de fin d’études ELMERABET, Abdelhak Présentation d’un corpus du parler Fechtala 2010-2011

,,

Projet de fin d’études BENDAHMANE, Rajae Collecte, traitement et interprétation de corpus à partir de contes de Slès

2008-2009

,,

Projet de fin d’études CHAKIRI, Fatima Collecte, traitement et interprétation d’un corpus du parler de Terouel 2008-2009

,,

Projet de fin d’études MEZIATI EL-JANATI, Soukaina Présentation d’un corpus du parler jebli d’Ed-demna 2010-2011

,,

Projet de fin d’études EL-HAMMOUCHI, Najate Présentation d’un parler jebli (Douar Houara, région de Taounate) 2011-2012 (en cours)

,,

Projet de fin d’études EL-AZRAK, Hajar Présentation d’un parler jebli (Hojderyan, Taounate-Centre) 2011-2012 (en cours)

,,

Projet de fin d’études ES-SOUFI, Salima Les chansons Branès des Frayjiya (Douar Taifa) – chants du Cheikh Boujemaâ EL-HADDAD 2011-2012 (en cours)

,,

Projet de fin d’études BENKIRANE, Siham Influence du parler local de Ain Barda (région de Ghafsai) sur la lecture en arabe standard d’élèves de 4ème année du primaire 2011-2012 (en cours)

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage) BEDRA, Sanae Analyse d’un corpus du parler de Ghiata 2011-2012

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage) ROKHSI, Amal Parler Jbala 2008-2009

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage) BOUQANZIA, Rajae Description du parler jbala de « Ourtzagh » 2008-2009

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage LAAROUSSI, Mohamed Analyse d’un corpus : le parler jebli (Ghafsai et Bni Zeroual) 2008-2009

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage EL KHOMSSI, Rajae Dialectologie : Parler Jebli de Aïn Barda (région de Ghafsaï) 2011-2012

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage CHIKHI, Abderrazzak Le parler Jebli de la région de Ghafsai 2011-2012

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage LOTFI, Mohamed Le parler Jebli de Mejrou 2011-2012

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage MOUJAHID, Saida Le parler Jebli (Ourtzagh) 2011-2012

,,

Rapport pour le cours de dialectologie (master sciences du langage EL BAROUDI, Mourad Un conte en jebli(parler de Mtiwa) 2011-2012
Abdellah ZDAA Projet de fin d’études EL FEDDINI, Ouadia Le vocabulaire des arbres fruitiers de la région de Taounate 2010-2011

,,

Projet de fin d’études GHOUTAN, Amal Parler de Bni Mejrou 2011-2012 (en cours)
Khadija HASSALA et Amal AGHZADI Projet de fin d’études ARIOUA, Najat Les chansons populaires de la région des Hyayna et Jbala 2005-2006
Mohyédine BENLAKHDAR Projet de fin d’études AZZI, Malika Description d’un corpus de la région de « Aïn Mediouna », province de Taounate 2010-2011
Fouad Brigui Projet de fin d’études Sadni Kaoutar Présentation d’un corpus du parler de la région de Talambote 2012-2013

«

Projet de fin d’études Ziani Karim Le parler de Oued Laou (Parler arabe de la région de Tétouan)

«

«

Projet de fin d’études El Boulali Maryam Le parler de Jebala (Mezyat)

«

«

Projet de fin d’études Barbara Hanae Le parler jbala (Chefchaouen)

«

«

Projet de fin d’études Fakhreddine Nabila Le parler Jbala (Bni Oulid)

«

«

Projet de fin d’études El Azzouzi Adil Le parler de Tsoul (Tfazza, Kroua)

«

«

Projet de fin d’études Janati Btissam Le parler jebli (Taounate, Galaz)

«

«

Projet de fin d’études Smahi Nadia Présentation d’un corpus du parler Jbala (parler de Ghafsai)

«

Monographie du master Chikhi Abderrazak Le parler jebli de Rhafsai, spécificités phonétiques, morphosyntaxiques et lexicales 2012-2013
Monographie du master Lotfi Mohamed Etude des particularités phonétiques, morphologiques et lexicales du parler de Galaz

«

Monographie du master El Khomssi Rajae Etude des particularités linguistiques du parler jebli de la région de Ouezzane

«

« PFE El Asri Meriem Présentation du parler de la région de Chefchaouen (Dardara, Douar Beni Blal)

2013-2014

« PFE Chalout Yassine Présentation d’un corpus du parler de Ghafsai (Commune de Sidi Yahya, Bni zeoual)

«

« PFE Bencheikh Ghizlane Le parler de Tafrante, Parler jebli du sud-ouest de la province de Taounate

«

« PFE El Hadef Jihad Le parler jebli de Bouadel

«

« PFE Benaich Ahlam Le parler jebli d’El Koudia

«

« PFE El Marjani Sara Le parler jebli d’Er-remla

«

« PFE Jdoua Manare Le parler tazi des Tsoul, Douar Bni Lent

«

       

Université de Kénitra

الدكتورة ليلى المسعودي أطروحة لنيل دكتوراه الدولة عبد النور الحضري « التنوع اللغوي في اللهجة الشفشاونية: مقاربة في اللسانيات الاجتماعية »

جامعة ابن طفيل ـ القنيطرة

2009-2008

 

Leila Messaoudi Doctorat national en linguistique Amraoui Saliha L’étude de la variation dans le parler d’Asilah (Nord ouest du Maroc)

Université Ibn Tofeïl – Kénitra

2013-2014

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *