À propos

Le carnet est l’expression éditoriale du projet international de coopération scientifique (PICS 2013-2015 « La montagne et ses savoirs » sous la responsabilité scientifique de Catherine Miller et Fouad Brigui) retenu par le CNRS et le CNRST (Maroc) qui réunit des chercheurs et des équipes françaises, espagnoles et marocaines.

 

A l’origine de cette collaboration multidisciplinaire et internationale se trouve le « Groupe Jbala pour la Recherche et le Développement » (2010), devenu une association sous le nom de « CÉRIJ-Groupe Jbala » (Centre d’Études et de Recherches Interdisciplinaires sur les Jbala, 2013) , l’un et l’autre héritiers du « Groupe Pluridisciplinaire d’Études sur les Jbala » (1985-2000).

 
Les champs d’études relèvent à la fois des sciences humaines et sociales et des sciences de l’environnement, autour d’un champ de recherche aujourd’hui en déshérence : les études rurales en général, celles des sociétés de montagne en particulier. De part et d’autre de la Méditerranée, le PICS s’appuie sur des équipes engagées dans des problématiques qui privilégient à la fois la diachronie et l’interdisciplinarité et ont pour objet commun la société paysanne de certaines des montagnes du littoral méditerranéen de l’Afrique du Nord. Autour d’une étude de cas (les Jbala, populations du nord-ouest du Maroc), il se propose plus particulièrement de traiter du croisement entre la montagne et ses savoirs (lettrés ou techniques), dans une approche de longue durée.

 
C’est en effet avec les Jbala du Rif occidental que se sont mis en place de façon pionnière les conditions d’une approche à la fois régionale, collective et pluridisciplinaire des savoirs paysans et de leur interdépendance. En effet, on y relève tout à la fois :
• une densité de lettrés exceptionnelle en milieu rural,
• des savoir-faire agricoles peu communs, illustrés entre autres par le nombre exceptionnellement élevé de variétés de figuiers,
• enfin un parler original en ce qu’il se rattache à un arabe de type préhilalien où sont intégrées nombre de formes issues de l’amazighe.

 
Les groupes de travail suivants sont associés dans ce projet :
• Le « CÉRIJ-Groupe Jbala » (créé en 2010),
• Le laboratoire « Diversité et Conservation des Systèmes biologiques (DCSB »), Université de Tétouan,
• L’équipe interuniversitaire « Parlers et société dans les montagnes du Nord-Ouest marocain » (F. Brigui, Fès),
• Le groupe « Région du Nord-Ouest marocain : parlers et pratiques sociales, culturelles et environnementales » (D. Caubet, CJB, Rabat),
• Le projet espagnol «Fronteras lingüísticas y factores sociales : perspectivas sincrónicas y diacrónicas de la región del Magreb » (Á. Vicente, Saragosse).

 
Axe 1. La botanique et l’ethnobotanique (savoirs paysans sur les espèces végétales cultivées) : les agrosystèmes rifains confirment la pratique des polycultures et montrent un niveau de diversité remarquable et la persistance de cultures mineures en voie de raréfaction. Ainsi, on relève la persistance de cultures très rares chez les céréales et chez les légumineuses. Les objectifs de cette contribution sont de faciliter une approche interdisciplinaire croisant ethnobiologie, linguistique et biologie afin de caractériser les dynamiques bio-culturelles en jeu, comprendre les échanges sociaux de matériel de reproduction des arbres dans le contexte des transformations en cours liées aux changements sociétaux et globaux. En effet, les changements anticipés autour des pratiques agricoles sont liés d’une part au désenclavement de cette région (longtemps restée à l’écart des grands projets de développement au Maroc) et les changements récents de politiques agraire, notamment dans le cadre du nouveau Plan Maroc Vert.

 
Axe 2. Les lettrés (fuqahâ’ et ‘ulamâ’) : plus frappant que leurs connaissances en matière agronomique, le rapport des Jbala au scripturaire, à travers l’étude du Coran et des ouvrages de jurisprudence, et, de ce fait, leur apport à la vie religieuse et politique de leur communauté ‐ et, au‐delà, au plan national ‐ marque profondément leur identité. Une vieille couronne urbaine, un refuge pour les princes idrissides, le rayonnement du qutb Mouley ‘Abslem Ben Mchich (XIIIe s.), le jihâd et en particulier la bataille de Oued El‐Makhazin (XVIe s.)… Autant de facteurs qui ont convergé chez les Jbala (dits Ghumara’ alors). Un premier fait en est résulté : la densité des lignées de šorfa, se réclamant le plus souvent de l’ascendance idrisside (issue de l’ermite du Jbel ‘Alam, Mouley ‘Abslem). En même temps, la densité des établissements d’enseignement, de plusieurs niveaux : depuis l’école coranique (régulièrement une par quartier de village) aux « collèges » (parfois plusieurs dans une même tribu), vraies propédeutiques à la Qarawiyyin de Fès. Michaux‐Bellaire, comme d’autres auteurs du début du XXe siècle, fut frappé par l’importance du phénomène « lettré » en pays jbala. Il souligna à diverses reprises son rôle dans le niveau général de l’instruction des Jbala et dans l’organisation d’une sorte de gouvernement par les sages et pieux, à l’échelle tribale, dans les périodes d’affaiblissement du pouvoir central. Ce que confirment les historiens contemporains (M. Mezzine).

 
Axe 3. Les parlers : les parlers arabes dits « jbala » restent très peu décrits dans leur profondeur et peu de linguistes se sont aventurés sur le terrain. Il nous paraît nécessaire d’assurer les conditions de leur valorisation ou d’une réhabilitation : ils n’ont en effet pas d’équivalent au Maroc. C’est là un trait capital, tout autant que la forte présence de l’écrit. Cette arabisation ne s’est pas faite à partir des campagnes (comme avec les pasteurs Banu Hilal, XIIe s.) mais à partir et autour des premières villes islamiques ‐ autour, c’est‐à‐dire au sein d’une paysannerie amazighe qui n’était alors pas tant en plaine que sur les hauteurs, domaine privilégié de l’agriculture sédentaire. Les parlers arabes montagnards marocains (Jbala et Nord Taza), sont essentiels pour comprendre le processus d’arabisation du Nord de l’Afrique et du Maroc. Ils sont à la fois des vestiges des premières couches d’arabisation, d’un temps où le bilinguisme berbère-arabe était la norme dans la région, et des variétés de la darija marocaine qui continuent à être pratiquées aujourd’hui, bien qu’ils présentent des traits très particuliers. Lorsque D. Caubet a élaboré un questionnaire pour la dialectologie du Maghreb, les parlers “villageois”, tels que les a nommés William Marçais en 1925, ont pris une place clef. D’où un programme croisé :
• travailler sur la question de la minoration avec les biologistes qui remarquent aussi que l’uniformisation amène à négliger certaines espèces (l’arbousier, le jujubier ou le lentisque), ou à minorer des cultures comme l’épeautre et autres céréales traditionnelles. Il sera important d’en profiter pour collecter des termes et établir des lexiques.
• travailler avec les archéologues ou les historiens des tout premiers temps de l’islamisation (avant le IXe siècle), pour des questions également sous-étudiées.
• travailler avec les universités marocaines de façon à former et sensibiliser de nouvelles générations à ce type de linguistique de terrain.
• enfin, les ethnobotanistes enrichiront ce volet linguistique grâce à leur accès à de nombreuses données, soit linguistiques à travers le discours, soit technologiques par la description des pratiques techniques locales. Des co-encadrements d’étudiants pourraient être envisagés conjointement entre linguistes et ethnobotanistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *