Archives de catégorie : Ethnologie

Présentation de la problématique du groupe « Histoire & lettrés »

Par Jacques Vignet-Zunz (ethnologue et co-fondateur du CÉRIJ-Groupe Jbala)

De par sa proximité au détroit, la région qu’occupent les Jbala-Ghmara a toujours été un  couloir entre le Maghreb al-Aqsa et al-Andalus – et, au-delà, les grands ports de la Méditerranée. Cette donnée semble pouvoir expliquer, avec un impact inégal, plusieurs traits qui ont convergé chez les Jbala (dits Ghumāra’ à l’époque) : une vieille ceinture urbaine, un refuge pour les princes idrissides, le rayonnement du qutb Mouley ‘Abslem Ben Mchich (XIIIe s.), le jihâd et en particulier la bataille de Oued El-Makhazin (XVIe s.)… Continuer la lecture

Parution « Les Jbala du Rif. Des lettrés en montagne » par Jacques Jawhar Vignet-Zunz

 » Ce recueil réunit des articles consacrés par l’auteur depuis trente ans aux Jbala, une population de montagne qui s’étend, en un large croissant, du détroit de Gibraltar aux abords de la trouée de Taza, donc sur la partie occidentale et centrale du Rif. Étude qui venait compléter d’autres terrains maghrébins, en Algérie (dans l’Ouarsenis) et en Libye orientale (dans le Jabal Al-Akhdar).JVZ Web 1

C’est avec les Jbala qu’ont mûri les questions qui s’étaient posées dès l’accès au milieu rural maghrébin et qu’a émergé l’analyse de cette ruralité en termes de société de montagne de la Méditerranée africaine. Avec, comme axe principal, l’intense relation entre Bilād Jbāla (ex-Bilād Ghumāra) et Fès, entre montagne et ville. Relation qui a créé les conditions d’une implantation de l’écrit là où on ne l’attendait pas nécessairement. Implantation née d’un enchaînement de facteurs dont il est sans doute possible d’isoler celui-ci  : l’itinéraire reliant Fès à al-Andalus à travers, précisément, le territoire des Jbala. La densité des lettrés est ainsi énoncée comme premier marqueur de cette société.
De fait, le paradigme de la montagne lui-même méritait d’être réexaminé, cette fois à la lumière des attributs qu’on relève à plusieurs reprises dans son espace méditerranéen  : forte démographie, diversité des savoirs agronomiques, prolixité artisanale, outillage insolite, proximité de la ville… Tous signes permettant de conclure qu’il n’y a pas de fatalité de l’archaïsme, du retard et de la marginalité du milieu montagnard. »

Retrouver l’info sur le site de l’Iremam : http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article2680

Crédits photographiques : Sabine Partouche