« La montagne et ses savoirs. Recherches interdisciplinaires sur le pays Jbala »

                                                               Colloque international

              La montagne et ses savoirs. Recherches interdisciplinaires sur le pays Jbala
                                                27-28-29 novembre 2015, Larache (Maroc)

colloque novembre 2015Organisé dans le cadre du Projet de coopération scientifique franco-marocain (PICS CNRS-CNRST 2013-2015) « La montagne et ses savoirs »

Présentation du colloque

Le Projet international de coopération scientifique (PICS 2013-2015) franco-marocain, « La montagne et ses savoirs » a été une occasion de réunir différents chercheurs, de différentes équipes, de différentes disciplines et différentes nationalités, partageant une réflexion commune autour d’un champ de recherche qui s’intéresse aux variantes linguistiques, à la culture, à la société et à la biodiversité de la montagne.

Ce projet a encouragé les différentes équipes à traiter des problématiques dans un contexte interdisciplinaire, en proposant plus particulièrement le croisement entre la montagne, les techniques, la façon de les nommer et/ou les savoirs lettrés de la société Jeblie « de la montagne ». Mais quelle montagne ?

Située à l’extrémité nord de l’Afrique, au nord ouest du Royaume du Maroc, la chaîne montagneuse du Rif possède une situation géographique et stratégique privilégiée à l’extrême ouest de la Méditerranée. La plus courte distance la séparant de l’Europe (côte espagnole) est de 14 km au niveau du Détroit de Gibraltar. Elle forme une partie du bassin méditerranéen, représentant un carrefour, une voie de passage aussi bien humaine, culturelle que naturelle. Située à l’intersection entre plusieurs ensembles et sous-ensembles régionaux, il s’agit d’une terre à la fois arabo-berbère, maghrébine, méditerranéenne, andalouse, africaine… L’ensemble de ces caractéristiques a suscité l’intérêt de différents chercheurs qui ont effectué des recherches ensemble, dans un cadre interdisciplinaire, dans la région Jbala, Ghomara et Zénète, constituant la chaîne montagneuse du Rif.

Ce colloque de clôture du PICS est l’occasion de rencontre des différentes équipes du projet et de présentation de l’ensemble des travaux réalisés par les différents participants à ce programme de recherche s’inscrivant dans quatre thématiques et approches disciplinaires :

  •  Linguistique : approches axées surtout sur les parlers arabes montagnards des Jbala restant peu décrits ou ayant fait l’objet d’étude sous d’autres points de vue. L’apport des chercheurs à ce niveau est d’une grande importance pour faciliter la compréhension du long processus d’arabisation du Nord de l’Afrique et du Maroc. Les travaux à présenter vont permettre de mettre en évidence les différentes variétés de parlers arabes et berbères de la région étudiée en cherchant à déterminer une identité linguistique de la dite région.
  • Histoire et ‘ulamā’ : l’accent est mis sur ce qui fait l’originalité d’un pan de l’histoire ancienne et de l’histoire du présent de cette région, les lettrés. Spécialistes du fiqh ou simples enseignants de village, leur densité n’a pas d’équivalent dans les campagnes marocaines, sinon dans le Sous. Une équipe travaille sur la localisation des érudits encore présents dans la montagne, avec un regard particulier sur leurs bibliothèques privées, dont un recensement permettra une première approximation de l’importance, ici, de l’écrit. Par ailleurs, le rôle du fqih dans certaines activités agricoles, comme la détermination des cultures correspondant au calendrier agraire (mnazil), peut être l’objet d’approches conjointes avec les botanistes.
  • Anthropologique : approche s’intéressant surtout à l’étude et l’analyse des différents aspects culturels et organisationnels qui définissent les interactions entre les hommes (femmes), la différenciation des groupes culturels et les interactions entre ces groupes. En plus du genre et des liens de parenté, les liens entre les humains et le non humain ou le naturel et le non naturel ont suscité l’intérêt de certains chercheurs.
  • Botanique et ethnobotanique : approche abordant l’évaluation et la caractérisation de l’agrodiversité et des savoirs paysans en relation avec les espèces végétales cultivées. L’ethnobotanique s’intéresse de surcroît à comprendre comment le traitement des plantes (reproduction, techniques de transformation des plantes aux paysages) définit pour partie les relations des hommes entre eux, rejoignant là les préoccupations de l’anthropologie de la nature. Cette partie vise le renforcement d’une approche interdisciplinaire croisant ethnobotanique, linguistique et biologie afin de caractériser les dynamiques bio-culturelles en jeu dans le contexte des transformations en cours liées aux changements sociétaux et globaux, notamment celui des politiques agraires récentes (Millenium Challenge Account, Plan Maroc Vert, plan oléicole …). Le travail de groupe et le croisement interdisciplinaire entre linguistes, ethnobiologistes, biologistes et anthropologues ont abouti à des missions de terrain qui ont été réalisées dans différentes régions de la zone d’étude (Anjra, Aïn Mediouna, Bni Boufrah, Ouezzane, Bellouta, Al-Hoceima, M’sek) dont les résultats vont faire l’objet de présentations durant ce colloque.

Consulter le programme du colloque

Consulter la présentation

La région Jbala : esquisse d’une réflexion

Par Jacques/Jawhar Vignet-Zunz et Michel Nieto

Située à l’extrême nord du Royaume du Maroc, la chaîne du Rif, en fermant le bassin occidental de la Méditerranée, touche à sa contrepartie andalouse : c’est le détroit de Gibraltar. Voie de passage, il valorise la montagne. Riche en cités depuis l’Antiquité, traversée avec l’Islam par l’itinéraire Fès-Al Andalus, la région a vu l’histoire tôt modifier sa pente naturelle. Proximité de la ville, refuge pour les Idrissides, berceau du mysticisme occidental, fer de lance du jihād… Tout se conjugue pour donner un cachet peu commun à une montagne qui n’est en effet pas en marge des grands courants de l’histoire.

Mais quelle montagne ?

Lire la suite

Présentation de la problématique du groupe « Histoire & lettrés »

Par Jacques Vignet-Zunz (ethnologue et co-fondateur du CÉRIJ-Groupe Jbala)

De par sa proximité au détroit, la région qu’occupent les Jbala-Ghmara a toujours été un  couloir entre le Maghreb al-Aqsa et al-Andalus – et, au-delà, les grands ports de la Méditerranée. Cette donnée semble pouvoir expliquer, avec un impact inégal, plusieurs traits qui ont convergé chez les Jbala (dits Ghumāra’ à l’époque) : une vieille ceinture urbaine, un refuge pour les princes idrissides, le rayonnement du qutb Mouley ‘Abslem Ben Mchich (XIIIe s.), le jihâd et en particulier la bataille de Oued El-Makhazin (XVIe s.)… Lire la suite

Études linguistiques de la région de Jbala : les parles arabes d’une ancienne région bilingue berbère-arabe

Par Dominique Caubet et Ángeles Vicente.

Ghomara (Maroc) © Araceli González Vázquez

Ghomara (Maroc) © Araceli González Vázquez (photo non libre de droit)

Membres : Dominique Caubet (LaCNAD-INALCO–Paris et CJB–Rabat), Ángeles Vicente (Université de Zaragoza–Espagne et LaCNAD-INALCO–Paris), Alexandrine Barontini (LaCNAD-INALCO–Paris), Amina Naciri Azzouz (Université de Zaragoza–Espagne) et Jules Arsenne (LaCNAD-INALCO–Paris).

Les parlers arabes dits « jbala » restent très peu décrits dans leur profondeur et peu de linguistes se sont aventurés sur le terrain. Il nous paraît nécessaire d’assurer les conditions de leur valorisation ou d’une réhabilitation : ils n’ont en effet pas d’équivalent au Maroc. Lire la suite

Parution « Les Jbala du Rif. Des lettrés en montagne » par Jacques Jawhar Vignet-Zunz

 » Ce recueil réunit des articles consacrés par l’auteur depuis trente ans aux Jbala, une population de montagne qui s’étend, en un large croissant, du détroit de Gibraltar aux abords de la trouée de Taza, donc sur la partie occidentale et centrale du Rif. Étude qui venait compléter d’autres terrains maghrébins, en Algérie (dans l’Ouarsenis) et en Libye orientale (dans le Jabal Al-Akhdar).JVZ Web 1

C’est avec les Jbala qu’ont mûri les questions qui s’étaient posées dès l’accès au milieu rural maghrébin et qu’a émergé l’analyse de cette ruralité en termes de société de montagne de la Méditerranée africaine. Avec, comme axe principal, l’intense relation entre Bilād Jbāla (ex-Bilād Ghumāra) et Fès, entre montagne et ville. Relation qui a créé les conditions d’une implantation de l’écrit là où on ne l’attendait pas nécessairement. Implantation née d’un enchaînement de facteurs dont il est sans doute possible d’isoler celui-ci  : l’itinéraire reliant Fès à al-Andalus à travers, précisément, le territoire des Jbala. La densité des lettrés est ainsi énoncée comme premier marqueur de cette société.
De fait, le paradigme de la montagne lui-même méritait d’être réexaminé, cette fois à la lumière des attributs qu’on relève à plusieurs reprises dans son espace méditerranéen  : forte démographie, diversité des savoirs agronomiques, prolixité artisanale, outillage insolite, proximité de la ville… Tous signes permettant de conclure qu’il n’y a pas de fatalité de l’archaïsme, du retard et de la marginalité du milieu montagnard. »

Retrouver l’info sur le site de l’Iremam : http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article2680

Crédits photographiques : Sabine Partouche